Les Potvin-Lachance en Asie du Sud-Est
Enroutes.com -> Blogs -> Les Potvin-Lachance en Asie du Sud-Est
Agrandir la carte

Nous sommes de retour!

Le 01/05/15, 3:21

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Canada - Longueuil ]

[  Fatigué ]

Après plus de 115 jours de voyage, 15 vols, 10 transports en bateau et d’innombrables autobus, taxis et navettes, et après une escale de 24 heures à Amsterdam, nous sommes de retour au Québec!!!

(Maintenant, on va dormir)


De retour!!! (Arrivés avec KLM à 17h25 cet après-midi, 30 avril 2015)


Émile en plein décalage à Amsterdam (avec sa super tuque "Amsterdam")


Une belle photo durant l'escale

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 0 réponses

On fête l’anniversaire de naissance de Jeanne et de Valérie!

Le 26/04/15, 17:16

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur, Bali ]

[  Cool ]

Quelques petites journées tranquilles à Sanur, à profiter un peu de la plage, à magasiner quelques petits souvenirs et avancer les travaux scolaires...

Durant l’une de nos promenades sur la plage, on a trouvé deux petits sites clôturés. Il s’agit en fait de petits enclos aménagés par les autorités fauniques locales afin de protéger des nids de tortues marines venues pondre en plein devant les restaurants, vers la fin-mars début-avril et dont les œufs sont enterrés sous le sable (les dates des pontes sont indiquées sur un petite affiche). Attendris devant ces trois enclos et remplis d’espoir, les enfants ont voulu eux aussi aider la nature à trouver son chemin et ont pris l’initiative de mandater un des petits soldats en plastique d’Émile en lui donnant comme mission de surveiller l’éclosion des œufs jour et nuit et de « couvrir » les bébés tortues dès qu’elles sortiraient et tenteraient de rejoindre la mer (ou périr en essayant).

Les petits soldats d’Émile ont été présents à toutes les étapes de notre voyage et sont très importants pour lui. C’est donc d’un air solennel que Paul-Émile a laissé « Johnny » (d’un beau vert lime, crazy-glué à une pierre) seul à son poste. Fidèle soldat! Bonne chance!

Aujourd’hui, on a simultanément fêté l’anniversaire de Valérie (dont la date de fête est le 28 avril (nous serons alors dans l’avion)) et celui de Jeanne (qui est le 26 avril). On a dégusté un excellent dîner au thon, avec entre autres comme dessert le gâteau opéra dont Valérie était en manque depuis février (il a fallu le faire faire dans une pâtisserie indonésienne, je ne vous raconte pas le Vaudeville) et sur lequel il était écrit « joyeux anniversaire » en indonésien. En plus des bougies, il y avait un bâton d’encens, pour faire encore plus « local ». Jeanne a reçu des bandes dessinées d’Archie en anglais et obtenu la promesse qu’on adopterait un chaton en rentrant (elle en a pleuré). Ça doit bien faire huit-cent-cinquante-trois fois qu’elle en demandait un! Valérie a reçu une belle photo de notre journée au refuge d’éléphants, dans un beau cadre de bois sculpté par un artisan de Sanur. Nous avons passé l’après-midi à dormir (il pleut souvent depuis notre retour) et à flâner sur la plage, puis soupé dans un beau resto au bord de la mer. Quelle belle journée!


Une cérémonie hindoue tenue sur notre plage


Le brave soldat surveille les nids de tortue


Joyeux anniversaire les filles!

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 3 réponses

Retour à Bali et à ses volcans (dernière étape du voyage)

Le 24/04/15, 17:04

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur, Bali ]

Nous sommes de retour à Bali depuis le mardi 21 avril, pour la dernière étape de notre voyage, supposée plutôt tranquille. Tout le monde est bien content de retrouver la même villa qu’au mois de janvier, le même environnement familier de Sanur, avec ses rues, sa plage, ses épiceries, ses bibittes, son coq névrosé qui chante perpétuellement, mais aussi ses restaurants. Il fallait nous voir le soir de notre arrivée, de très bonne humeur, lorsqu’on a retrouvé notre restaurant préféré de tout le voyage, le « Warung Little Bird », où on a commandé tous nos plats indonésiens préférés. Émile a donc repris sa "mie kuah ayam" (soupe aux nouilles au poulet) et son fameux bouillon qui, dit-il, lui "réchauffe le cœur".

Ces jours-ci sont occupés à travailler; les enfants sur leurs tâches scolaires et Patrice à préparer son retour. Valérie a un petit rhume malaisien, mais résiste bien.

Une des raisons de notre retour à Bali est que Patrice avait comme objectif d’escalader le Mont (Gunung) Agung, le plus haut volcan de Bali, qu’il ne pouvait atteindre qu’en saison sèche, soit à partir de la mi-avril. Les hindous balinais croient que les dieux y sont postés et ils le considèrent comme le lieu le plus sacré de l’île. Cette belle aventure s’est traduite en une dure randonnée de 8 heures (aller-retour; 1330m de dénivelé) dont l’ascension s’est passée durant la nuit, pour être au sommet aux premières lueurs de l’aube et voir le spectacle du lever du Soleil; ce qui logiquement oblige à passer une nuit blanche.

Le moment le plus dur moralement se produisit durant la première heure de montée, vers 2h00 du matin. Imaginez la situation : Patrice a perdu son guide balinais de montagne, car ce dernier est retourné vers le point de départ pour accompagner une jeune fille indonésienne épuisée (après 15 minutes de montée... pff) qui s’était très mal préparée pour une telle épreuve. C’est maintenant lui le guide attitré! Il fait noir. Ils ne sont maintenant que deux, il n’est plus accompagné que par la sœur de l’autre qui n’est plus sûre, elle non plus, de vouloir continuer. Elle dit regretter de ne pas être restée solidaire de sa sœur, qu’elle ne devrait pas être là parce qu’elle est menstruée (dans un lieu sacré), qu’elle a peur, etc. Alors, Patrice, qui veut résolument atteindre le sommet, lui interdit d’abandonner, l’encourage, lui donne son café en canette (prévu pour le sommet) et sa lampe frontale (plus brillante que la sienne), et lui offre des bas secs et des « Band-Aids ». En regardant vers le sommet du volcan, des éclairs illuminent le ciel, un peu de pluie leur mouille le visage et ils sont sur un sentier inconnu, dans une forêt pleine d’éventuels dangers empoisonnés. Ouf, Pas facile. Heureusement, on finit, au bout d’une heure, par rattraper un autre groupe, qu’on va suivre jusqu’au haut. L’ascension est difficile et parfois dangereuse. Heureusement la pluie s’est arrêtée et les nouveaux guides sont bons et enjoués.

Finalement, le sommet est magnifique et le volcan hallucinant, avec son immense cratère qui sent le soufre. On est bien au-dessus des nuages et on voit presque toute l’île de Bali. Les guides font leurs prières et brûlent de l’encens. Le terrain est tout crevassé de trous de 30m de profond et la vue est magnifique. Il y a trop de nuages pour voir le Soleil, mais les couleurs sont quand même extrêmement belles. On reste au sommet une heure, puis, on entame la longue descente durant laquelle on découvre le paysage volcanique « lunaire » que la nuit avait cachée lors de la montée et durant laquelle on comptera plusieurs chutes, tant la fatigue assaille les randonneurs. Patrice a mal aux genoux et a de petits problèmes de tubes digestifs, résultats de la fatigue.

Avant de revenir à Sanur, la voiture arrête dans un petit restaurant, pour un buffet inclus dans le forfait aventure. Ce restaurant donne sur le paysage magnifique d’une vallée de rizières et sur l'Agung, en principe, mais à cette heure-là, il est désormais caché par les nuages. Court moment magique. Patrice, de retour, raconte son périple et... va se coucher.


Le Gunung Agung


le relief de l'île de Bali avec le Gunung Agung à gauche


Enfin au sommet


Avec la courageuse Indonésienne Novi


Preuve d'atteinte du sommet (mon premier selfie; réussite partielle)


Un restau avec une belle vue des rizières de Bali

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 3 réponses

À la découverte Kuala Lumpur (et de ses dentistes)

Le 18/04/15, 18:03

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kuala Lumpur ]
Voir les photos : Malaisie - Kuala Lumpur ]

[  Heureux ]

Nous alternons travaux scolaires, baignades dans la piscine, table de ping-pong et visites de la ville. Depuis notre appartement (que nous aimons toujours autant), nous organisons des expéditions dans tous les points stratégiques de Kuala Lumpur. Car déjà, après-demain, nous repartirons vers Bali.

Nous avons d’abord visité l’aquarium du coin : « Aquaria ». Un peu court, mais magnifique. On peut y visiter, comme à Sydney, des réservoirs de l’intérieur, comme dans un tunnel d’air. On a pu mettre nos mains dans de petits aquariums et toucher les petits requins. Jeanne a beaucoup aimé voir les bébés requins qui bougent dans leur œuf. On peut voir à travers leur coquille à l’aide de lampes. On a vu aussi de grands requins très dociles, une grande pieuvre rouge, des raies géantes et plein de poissons de toutes sortes. Quel spectacle et quelle cohue lorsque les plongeurs les nourrissent!

Nous avons également visité le planétarium, avec un spectacle pour enfants et quelques exhibits (dont un qui s’appelle « la chambre anti-gravité », qui est une petite pièce un peu penchée et qui donne le vertige); un musée de la guerre; le musée national, où on a appris l’importance qu’on accorde ici au mot « merdeka », qui signifie « indépendance »; et un immense centre d’achat « MegaMall », le plus grand d’Asie du Sud-Est, où on a acheté une planche à roulette sur laquelle les enfants s’exercent dans notre appartement.

Mais on a aussi eu la chance de monter dans les célèbres tours jumelles «Petronas», de 452m de haut et qui surplombent la ville. Très impressionnant. Elles ont été, pendant quelques années, juste après l'effondrement du WTC, les tours jumelles les plus hautes du monde (mais elles ne le sont plus). Entre les deux, il y a un «skybridge», un genre de pont vitré qui relie les deux tours au 41e étage. Belle vue! Mais on dirait qu’ils n’ont pas trop confiance en la structure : après dix minutes seulement, on nous pousse dehors, puis, on nous emmène au 86e étage pour 20 minutes seulement. On descend, un peu bousculés.

Dans l’immense centre d’achats qu’on trouve au pied des tours, il y a un très grand musée de sciences très intéressant et très interactif. Les enfants se sont beaucoup amusés. On y trouve notamment une capsule dans laquelle on simule les conditions sur Jupiter (vent et lumière), un dispositif qui déplacent des grains de cafés quand on actionne des machines simples, une section « dinosaures », des simulateurs de Formule 1, des plans inclinés, mais aussi des informations sur le pétrole, son extraction et son traitement. Au terme de la visite, et après un petit lavage de cerveau national-pétrolier, nous aimons tous beaucoup Pétronas!!

En milieu de semaine, Valérie s’est décidée à aller chez le dentiste, car sa dent arrière lui faisait mal et son plombage montrait des fissures. Il a fallu deux visites, six heures la bouche ouverte, 1000 Ringgits malaisiens (la monnaie d’ici; l’équivalent de 340$) et bien du courage pour sauver sa dent. Heureusement, le dentiste, éprouvé lui aussi par l’opération, était très gentil. Valérie se remet bien.

Autres faits :
-Émile s’entraîne comme un fou dans la piscine. Il enchaîne 10 et même 15 longueurs (de notre immense piscine de 120m);
-Patrice a trouvé ses céréales australiennes préférées. Il est content;
-Jeanne lit, relit et relit le livre « Phoebe and her unicorn », qu’on lui a acheté à KL Sentral; et
-Valérie aime toujours autant les mets indiens et en mange à chaque occasion (sauf durant sa convalescence d'opération dentaire).


Une photo au MegaMall avec Captain Malaysia


Émile à Aquaria, avec des requins, et son t-shirt de Captain Malaysia


Les fameuses tours jumelles Petronas


Dans le pont qui relie les deux tours

Photo familiale en infra-rouge et Émile décoiffé sur Jupiter au grand vent (prises au Musée des sciences)

Voir les photos : Malaisie - Kuala Lumpur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 0 réponses

Le grand luxe à Kuala Lumpur (Malaisie)

Le 14/04/15, 5:13

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kuala Lumpur ]
Voir les photos : Malaisie - Kuala Lumpur ]

Nous avons pris l’avion depuis Krabi jusqu’à la belle ville de Kuala Lumpur (KL). Depuis l’altitude, et sur la route menant à KL, nous avons pu voir ces champs immenses de palmiers, tous plantés en rangée, et avec les fruits desquels on fait l’huile de palme, de très mauvaise réputation, car on doit détruire de belles forêts riches en biodiversité pour assoir cette monoculture. « Very good oil ! », est persuadé notre pourtant sympathique chauffeur de taxi.

Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir, à notre arrivée, que l’appartement que nous avions réservé était d’un tel luxe! Il est à peu près trois fois plus grand que tout ce que nous avons vu jusqu’ici. Il est au 10e étage d’un édifice à appartements au centre-ville. Il y a une piscine extérieure de 150m de long au 7e étage, des tables de ping-pong, une salle d’entraînement, une resto-bar et une terrasse au sommet (38e étage) où nous avons soupé dimanche. Nous avons un très grand salon, une belle cuisine, une machine à laver, deux grandes chambres et deux salles de bain et demie. Incroyable! Nous avions perdu l’habitude de tant de luxe.

Notre immense fenêtre-vitrine donne sur le quartier indien (« Little India ») de KL, où nous avons déjà pris plusieurs repas, au grand bonheur de Val, mais au grand désespoir des enfants qui ne tolèrent pas très bien tout ce qui est « too much spicy ». Nous sommes aussi tout près d’un grand centre d’achats, très pratique.

Il y a des orages presque tous les jours et samedi, on est monté sur le toit pour en voir un. Impressionnant. Un éclair à toutes les deux secondes. On a bien ri en faisant semblant d’interpeller les dieux pour le prochain, qui venait toujours, mais mal synchronisé avec nos demandes.

Jusqu’ici, nous avons visité le vieux quartier colonial, le quartier chinois, et un grand parc très joli, où nous avons pu voir des cerf-souris en captivité, de minuscules animaux craintifs mi-écureuil mi-chevreuils d’à peine 20cm de haut.

Les gens sont très gentils. Malgré que KL soit une ville pleine de Chinois et d’Indiens, on y trouve encore une grande proportion de Malais d’origine, presque tous musulmans et la plupart des femmes portent le voile. Il y a des « Banques Islamiques », concept étrange pour nous qui sommes habitués à voir les banques comme étant une institution inconditionnellement laïque. Leurs guichets font fi de nos adhésions religieuses et nous donnent quand même des sous.

Notre visite la plus intéressante fut celle des grottes de Batu, qui sont d’immenses et impressionnantes cavernes de calcaire qu’on trouve dans la vallée de Klang, qui contient le « grand Kuala Lumpur » (7 millions d’habitants). Ces cavernes ont des plafonds de 100m, parfois percés de manière à ce qu’on voie le ciel, que les hindous ont transformé en lieu de culte. À l’entrée, il y a une immense statue dorée de 42m et des temples construits à l’intérieur. Pour y accéder, on doit gravir 242 marches. L’endroit est infesté de macaques un peu agressifs. Nous avons aussi visité une plus petite grotte, juste à côté, où des dizaines de statues racontent l’histoire de Ramayana que nous n’avons pas entièrement comprise.


J'aime Kuala Lumpur


Jeanne et Émile dans notre trop grande piscine, vue de la fenêtre de notre appartement. En arrière plan, "Little India"


Valérie achète un dessert dans "Little India". Là-bas, tout est coloré: les robes, les desserts, etc.


Vu dans les transport en commun (interdit de becs)


L'entrée des grottes de Batu


Un singe nous accueille dès qu'on entre


Un temple dans les grottes. L'éclairage vient d'une ouverture au plafond

Voir les photos : Malaisie - Kuala Lumpur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 3 réponses

Pâques à Krabi

Le 08/04/15, 14:00

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Thailande - Krabi Town ]
Voir les photos : Thailande - Krabi Town ]

[  Cool ]

Nous avons passé les trois derniers jours à Krabi, de manière à se rapprocher de l’aéroport. En effet, demain, dès 5h00 du matin, nous quitterons pour la Malaisie, Kuala Lumpur. En attendant, nous disposions de deux jours et demi pour visiter la région. Afin d’accroître notre sentiment de liberté, nous avons décidé de louer une belle voiture blanche presque neuve avec la toiture toute bossée d’avoir reçu trop de noix de coco. Nous avons ainsi découvert quelques petits marchés de trottoir, où la nourriture est si bonne et pas trop chère. On a mangé, assis sur des bordures de rues ou sur des plages de sable blanc, de grosses crevettes, des calmars grillés, des Pad Thaï, des crêpes bananes-Nutella, etc. Délicieux!

La plage de Ao Nang, où l’on passe nos avant-midis, est superbe et le décor est magnifique : encore ces pains-de-sucre sortis de l’eau. Paul-Émile a collectionné les morceaux de crabes (et en a fait le Musée du crabe de Krabi) et Jeanne a initié le projet de fêter Pâques en dessinant un immense œuf de Pâques dans le sable. Du grand art! Valérie a aussi organisé une chasse aux œufs avec les moyens du bord. Dans ce coin de la Thaïlande, la plupart des gens sont musulmans, alors les cocos sont rares.

Nos explorations nous ont également menés au temple de la caverne du tigre, où dit-on un tigre rugissait avant que les moines ne l’envahissent pour y faire leurs prières. Cette caverne est creusée au pied d’un piton rocheux vertical au sommet duquel est juché un plus petit temple, où l’on trouve (encore) un Bouddha géant doré. Par un Soleil de plomb et une température au mercure de 41 degrés, Émile et Patrice ont courageusement gravi les 1 237 marches (parfois très hautes et escarpées). Ce fut une belle expérience!

Après quelques détours imprévus dus aux lacunes de la signalisation routière, doublés de notre incapacité à lire le thaïlandais, nous avons trouvé un joli marché public au centre de Krabi Town, où l’on a dégusté d’excellents sushis aux algues.

La faune continue de nous émerveiller. On a trouvé un joli petit lézard super-champion du camouflage (et qui gonfle sa gorge jaune pour nous impressionner) et on a capturé une jolie méduse hyperactive à l’aide d’une vieille casserole. Fascinant!


Joyeuses Pâques!


La superbe plage de Ao Nang


Krabi, une région à prédominance musulmane


La montée vers le sommet


L'arrivée des vaillants

Voir les photos : Thailande - Krabi Town ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 4 réponses

Phang-Nga – En kayak, sur les traces de James Bond

Le 05/04/15, 10:51

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Thailande - Phang nga ]
Voir les photos : Thailande - Phang Nga ]

Nous avons ce matin visité en bateau la magnifique baie de Phang-Nga (dites Pan-ga). Notre guide, très sympathique, nous a emmenés sur son bateau « long tail » pour explorer quelques recoins de la très grande et très belle Baie. Cet endroit tout entier défie la gravité et l’érosion. D’immenses rochers de calcaire surgis de la mer présentent des formes étranges et variées et s’élèvent souvent au-delà des 200 mètres. Cela est très inhabituels pour nous, habitués aux montagnes vieilles. La plupart de ces montagnes sont aussi trouées que du gruyère et de nombreuses cavernes peuvent être vues tant au niveau de la mer qu’en hauteur, certaines très profondes. Nous avons pu faire une visite assez tôt le matin, et ainsi éviter les foules, tel que le conseillent plusieurs forums de voyageurs.

Nous avons pu voir que certaines cavernes avaient, il y a très longtemps, été habitées. En effet, des pétroglyphes de plus de 3000 ans sont encore visibles. D’autres ont été utilisées pour le tournage de films célèbres, comme sur la « James Bond Island », comme on l’appelle ici, où un film du célèbre agent 007 a été tourné il y a longtemps (« The man with the golden gun ») et où on peut voir, entouré d’eau, un spectaculaire menhir de 15 m inversé.

Le plus intéressant fut une halte où l’on a pu explorer les cavernes en kayak, avec l’assistance d’un guide accrédité. En naviguant parmi les mangroves, on atteint des cavernes originales, dont une qui débouche sur une chambre à ciel ouvert et une autre, qui traverse carrément un gros rocher de part en part. Ce fut une sortie spectaculaire!

Le petit hôtel où on loge semble être une sorte de base de plein air pour Thaïlandais, fortement inspiré du roman « Alice aux pays des merveilles ». Tout y est très coloré, un peu disproportionné et complètement assumé! Le tout est dirigé par une femme-bulldozer qu’on appelle Madame Moo et qui est la seule à parler un anglais approximatif.


l'incroyable baie de Phang Nga, vue d'en haut


Des pétroglyphes de 3000 ans!


L'île de James Bond, avec son célèbre menhir inversé, piqué dans l'eau (en avant-plan)


Nous avons rencontré James Bond 007 lui-même (Sur la petite bande de plage qu'on voit sur la photo précédente)


En kayak autour des montagnes de la Baie -1


En kayak autour des montagnes de la Baie -2


Émile pagaie en kayak dans les grottes maritimes, à la poursuite de James (évidemment)

Voir les photos : Thailande - Phang Nga ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 0 réponses

Khao Sok – Suivre une rivière souterraine sous la montagne

Le 02/04/15, 14:05

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Thailande - Surat Thani ]
Voir les photos : Thailande - Surat Thani ]

[  Heureux ]

Nous sommes arrivés hier au Parc National de Khao Sok par autobus. Nous dormons dans deux cabanes juchées en haut des arbres, près d’une jolie rivière poissonneuse. Juste avant le souper, en rentrant du marché, nous avons été entrepris par une horde de six singes sauvages qui en voulaient à nos raisins. Retranchés dans nos cabanes, nous avons ensuite été assiégés. Patrice a tenté de les faire fuir en secouant les branches. Erreur. Le mâle dominant a pris ça pour une mise en doute de sa virilité et a sorti les dents. Les autres l’ont encouragé. Le siège a duré 45 minutes, mais on s’est bien amusés! Les enfants faisaient des « high five » avec les macaques à travers la vitre. Val avait quand même hâte qu’ils se trouvent d’autres touristes à qui voler leurs fruits!

La nuit fut chaude et humide. On ne dort pas très bien, sans climatisation, à 35 degrés (malgré les ventilateurs). Val en a marre des bibittes qui lui grimpent dessus en permanence (fourmis, petites araignées, moustiques, etc.) Il faut dire que l’endroit est propice, extrêmement riche en faune (5% des espèces terrestres sont représentées dans ce parc). On y trouve notamment des tapirs, des tigres, des éléphants, des gibbons et on ne compte pas les insectes.

Le clou de notre passage ici fut la journée d’aujourd’hui. De bon matin, après une autre agression par les macaques et un nouveau siège de 30 minutes, nous avons pris un minibus (1h30) qui nous a emmenés jusqu’à un immense lac (plutôt un réservoir, depuis 1982), où nous avons emprunté un bateau bruyant qui nous l’a fait traverser en 1h10. Le trajet s’est déroulé au cœur de paysages extraordinaires. Cette partie de la Thaïlande est couverte de montagnes ahurissantes. On dirait le décor du film « Avatar ». Les enfants se croyaient sur la planète Pandora! Partout, d’immenses rochers (pains de sucres) de plusieurs centaines de mètres qui donnent l’impression d’avoir jailli depuis le sous-sol en quelques minutes, poussés par une force géologique irrésistible. Ils présentent des pentes inimaginables pour nous, Laurentiens : parfois des « 80 degrés » sur tous les côtés, pour plusieurs centaines de mètres de hauteur. Toutes les surfaces sont couvertes d’arbres, sauf celles qui sont vraiment verticales. On dirait que la forêt a été surprise par cette pousse subite et que les arbres s’y sont accrochés tant bien que mal. Parfois, c’est en plein milieu du Lac qu’un gros menhir rocheux surgit. Rien de commun avec nos montagnes. Même les rochers plus raisonnables, à hauteur humaine, ont l’air d’avoir poussé en cinq secondes.
Au bout du lac, on trouve une sorte de camp de base flottant pour explorateurs où certains passent la nuit. Après une baignade dans des bancs de poissons argentés à queue rouge et un dîner de poisson grillé (justement), nous avons repris le bateau qui nous a cette fois emmenés au départ du sentier.

Notre guide nous a entraînés dans une randonnée de 3 km qui aurait pu nous permettre d’apercevoir un tigre. Nous avons croisé des volées de centaines de papillons bleus et noirs, d’abord posés sur le sentier, puis, forcément, ensuite envolés tout autour. Émile a par la suite eu l’occasion de se balancer sur une liane. Le plus excitant était à venir : le sentier sinueux nous a ainsi amenés à l’entrée d’une grotte, creusée dans le flanc d’une montagne et dans laquelle s’engouffre une petite rivière souterraine. Armés de lampes de poches, nous y sommes entrés avec l’ambition de la suivre jusqu’à ce la montagne soit traversée de part en part; près d’un kilomètre dans le noir.

Ce fut une expérience éprouvante, mais magique, à descendre la rivière, dans ce tunnel naturel. Nous avons pu voir des milliers de chauve-souris irritées puisque dérangées, sur les plafonds des plus grandes salles. Il y avait aussi des araignées grandes comme la main, des amblypiges, des criquets des cavernes et des centipèdes de 12cm. De petits poissons vivent aussi dans l’eau de la grotte. Notre traversée de la montagne (d’une heure environ) nous a ensuite obligés à emprunter des passages « claustrogéniques » étroits (quelques centimètres) et descendants, avec la rivière qui cascade bruyamment sous nos pieds; des passages où l’on ne peut que nager dans la rivière, faute de pouvoir toucher le fond, avec le plafond juste au-dessus de la tête; des passages où l’on doit presque ramper durant plusieurs mètres; etc. Toute une initiation à la spéléologie doublée d’une épreuve physique et mentale bien réelle, constamment attentifs à ne pas se renverser les pieds sur les pierres, dans le noir! Nous avons finalement émergé à la lumière, de retour sur le sentier, heureux. Ce fut sans aucun doute un moment fort de notre voyage.

Les enfants ont été courageux et vaillants. Valérie et Jeanne nous ont bien fait rire, en se relançant pour se faire des frayeurs. On préférait effectivement ne pas trop savoir ce qui pouvait grouiller, dans l’obscurité de l’eau de cette caverne. Patrice et Émile se croyaient dans les mines de la Moria, surveillant l’apparition du « Balrog » (pour les amateurs du Seigneur des Anneaux), car l’impression que donnait cet épisode du film était bien celle qui nous avions là.

Le long retour, bateau-minibus, à l’ombre des montagnes surréalistes, jusqu’à nos cabanes dans les arbres, s’est bien passé. En somme, une journée mémorable et bien remplie. Bonne nuit.


Nos cabanes dans les arbres, avec vue sur la rivière


Les singes nous prennent en otage. Mais le syndrome de Stockholm nous a atteints et nous avons finalement fraternisé. High five!


Les montagnes thaïlandaises


Baignade dans le lac Chiew Larn


La longue traversée de la caverne


Nous avons survécu. En arrière plan, la résurgence de la rivière. Nous sommes sortis par là.

Voir les photos : Thailande - Surat Thani ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 0 réponses

Surat Thani - On dort dans des "containers"

Le 31/03/15, 15:10

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Thailande - Kho Tao ]
Voir les photos : Thailande - Kho Tao ]

Nous avons ce matin quitté l'île de Koh Tao. Après une grosse journée de circulation (taxi, bateau, changé de bateau, escale, autobus, bemo), nous dormons ce soir dans une petite auberge de Surat Thani, construite avec des "conteneurs" (containers). Nos chambres sont petites, mais très chouettes!

Une auberge charmante, construite avec des "containers"

Voir les photos : Thailande - Kho Tao ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 1 réponses

Koh Tao – On a nagé avec des requins !

Le 29/03/15, 16:34

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Thailande - Kho Tao ]
Voir les photos : Thailande - Kho Tao ]

[  Envoûté ]

Nous faisons escale à l’île de Kho Tao. Les trois jours prévus au départ se sont transformés en quatre, puis en cinq jours... c’est trop beau, trop paisible... trop « l’autre bout du monde ». C’est une petite île de 21 kilomètres carrés au charme évident. Le tourisme n’y est pas aussi développé et la plupart des hôtels, auberges, etc. sont à flanc de montagne et donnent sur des plages de sable blanc. Nous sommes situés dans une toute petite baie, avec au large une petite île rocheuse appelée « Shark Island », qu’on peut atteindre à la nage. À quelques mètre de la plage seulement, on trouve de magnifiques coraux et de gros poissons variés et nombreux. On a aussi vu pu nager avec -et même toucher- deux grosses tortues vertes. Notre hôtel se trouve tout au bout d’un long et étroit chemin de béton sinueux ou s’enchaînent descentes et montées aux inclinaisons hors normes. Notre hébergement se limite à une seule chambre, une petite toilette-douche, deux ventilateurs et une porte moustiquaire qui ne se verrouille que de l’extérieur. La nuit, on ne peut donc pas « barrer » notre porte... On (Val) ne dort pas très bien, mais on tente de dormir plus longtemps, pour compenser. Les enfants ont eu un coup de cœur dès notre arrivée en apercevant une balançoire géante, suspendue sur un arbre immense, au bas de la montagne.

Lors de leurs nombreuses sorties de « snorkeling » juste devant notre hôtel, Paul-Émile et Patrice ont aperçu un magnifique spécimen de requin à nageoire noire de plus de 1m40 de long à moins de quatre mètres d’eux. Émile l’a poursuivi en quatrième vitesse et ce dernier s’est enfui. Heureusement ces requins ne sont pas dangereux. Un de nos objectifs en venant ici est donc atteint : on a nagé avec ces gros poissons légendaires. Au moment de mettre sous presse, Val et Jeanne sont encore à la recherche de leur premier requin. Il nous reste un jour et demi.

Hier, nous avons embarqué dans un bateau qui nous a fait faire un tour de l’Île et nous a arrêtés à quatre endroits pour faire du « snorkeling ». Il y avait beaucoup de houle! Miraculeusement, Valérie a tenu le coup, mais ce ne fut pas le cas pour d’autres passagers qui furent nombreux à « ne pas garder » leur déjeuner.

Nous avons vu des fonds marins exceptionnels et des paysages magnifiques. Patrice s’est retrouvé autour d’un banc de poissons si grand qu’en descendant les voir, ils se sont écartés et ont formé un beignet de 10 mètres de large. Les enfants ont encore été d’excellents plongeurs, allant parfois très profond et nageant longtemps. Jeanne a eu beaucoup de plaisir à faire se refermer les belles palourdes bleues et se cacher les petites anémones rétractiles. Le dernier arrêt s’est fait sur une petite île paradisiaque, avec des poissons extraordinaires et des concombres de mer en quantité. On a vu un barracuda et un gros poisson de type « perroquet ». Valérie a fait une petite sieste sous un rocher avant de se rendre compte qu'un serpent y habitait déjà!!! Il a fait chaud et nous avons terminé la journée avec des coups de soleil.


Notre baie (au large, Shark Island, que Pat a atteint à la nage... avec un gilet de sauvetage, tout de même)


Le requin à nageoire noire (ou "requin à pointe noire")


Il était grand comme ça


La fameuse balançoire


Une halte sur une petite île paradisiaque -1


Une halte sur une petite île paradisiaque -2


Une halte sur une petite île paradisiaque -3

Voir les photos : Thailande - Kho Tao ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 2 réponses

Koh Samui

Le 23/03/15, 17:06

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Thailande - Ko Samui ]
Voir les photos : Thailande - Ko Samui ]

Nous profitons de notre arrêt de 10 jours à Koh Samui pour travailler : les enfants avec Val sur les dossiers scolaires et Patrice sur ses articles. Les enfants sont très heureux d’être maîtres de leurs avant-midis qu’ils occupent à jouer dans la piscine ou dans la mer, au ping-pong, aux fléchettes ou encore à cueillir et ouvrir et manger des noix de coco. L’après-midi est pour sa part plus sérieux : on fait avancer les dossiers. Le soir, Val et Pat passent un peu de temps sur la plage à jaser et à regarder les lanternes chinoises que les touristes lancent depuis la plage. On dirait des étoiles filantes, oranges et lentes. Ça inspire la réflexion poétique.

Nous décidons tout de même de voler une journée à notre horaire chargé pour visiter l’île et en découvrir les attraits. On a vu: de beaux paysages, un temple où est conservée, derrière une vitre, la momie d’un moine en position de prière (qui est là, immobile depuis plus de 20 ans), une plantation de noix de coco où des singes sont spécialement entrainés à décrocher les noix (pour soutenir l’économie locale) (appuyez sur ce lien https://www.youtube.com/watch?v=DsSTUAimYmU&feature=youtu.be pour voir un petit film tourné par Pat), de magnifiques chutes d’eau hautes de plus de 80 mètres (dans lesquelles on a nagé), des rochers en formes d’organes génitaux qui attirent des centaines de touristes et enfin des Bouddhas géants : un en or, un plus grassouillet que tous les autres (Bouddhas chinois) et un autre à 18 bras, etc. Une belle journée, bien remplie.


Bonne fête grand-maman!!


On joue au ping-pong! (Avec sur la table des petits soldats de plastique d'Émile. Parfois, l'un d'entre eux tombe au combat)


Pat et le macaque s'entendent bien


Val et Jeanne se régalent de noix de coco


Baignade aux chutes


C'est lourd, un Bouddha de 30m!

Voir les photos : Thailande - Ko Samui ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 4 réponses

Two nights in Bangkok

Le 17/03/15, 19:14

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Thailande - Bangkok ]
Voir les photos : Thailande - Bangkok ]

[  Fatigué ]

Cliquez ici pour la trame musicale qui accompagne ce texte : https://www.youtube.com/watch?v=P9mwELXPGbA

Nous avons initié notre découverte de Bangkok à la gare ferroviaire. Dès les premières lueurs matinales, les voyageurs silencieux, le visage encore un peu chiffonné par l’oreiller, circulent sur le quai en grimaçant alors que flottent dans l’air chaud des effluves de poubelles et d’urine. C’est la ronde des taxis et des tuk-tuk qui commence; 500 baths, 400, 350, 300, 200 ... Good for me, good for you! For the luck! My morning price!

On se rend donc à notre « hostel » déposer nos valises et on repart illico à la recherche de nourriture (notre chambre ne sera disponible que dans 4 heures). Direction : une « food street » très achalandée à cette heure. Depuis notre arrivée en Thaïlande, on mange très bien. On trouve partout de délicieux fruits et de succulents mets typiques. Ce matin-là, Val déjeune avec un Pad Thaï!

Ensuite, suit une petite balade en pirogue sur le fleuve Chao Praya. Seuls Val et Pat en profitent, car les enfants sont trop fatigués... ils dorment sur la banquette du bateau. On passe juste devant le Palais Royal qu’on décide de visiter le lendemain. C’est MAGNIFIQUE et difficile à décrire; des statues et monuments couverts de feuilles d’or, de minuscules miroirs et pierres de toutes les couleurs, des tuiles de céramique peintes, du jade, du marbre, etc.

Le long du Chao Praya, le paysage est hétéroclite. Les monuments richissimes avoisinent les petites bicoques chambranlantes aux toits défoncés qui peinent à tenir sur leurs pilotis. C’est toujours troublant d’être témoin d’autant de pauvreté... ces expériences occupent une grande place dans nos discussions.

Au bout de ces deux jours, nous quittons Bangkok à 6 heures du matin. Taxi, avion, autobus, bateau (qui est tombé en panne sur l’eau, est revenu à son point de départ, a été réparé par des plongeurs et est reparti. Ouf) et taxi. Arrivés vannés en soirée à Koh Samui, une île très touristique, on s’est trouvé un petit coin pour se reposer, travailler et faire l’école durant 10 jours.


Au lieu de prendre un taxi, on prend un "tuk-tuk", un genre de moto-voiture coloré capable de transporter une famille de quatre... avec tous leurs bagages (sans confort, cependant)


On navigue sur le Chao Praya pour découvrir Bangkok, mais les enfants sont trop fatigués de leur nuit dans le train


On visite l'opulent "grand palace" de Bangkok


Jeanne et Paul-Émile attendent le bateau qui va les conduire à Koh Samui en compagnie de moines. On dirait un peu qu'ils travaillent à la voirie (tout oranges qu'ils sont...)

Voir les photos : Thailande - Bangkok ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 0 réponses

Dans le train de nuit vers Bangkok

Le 14/03/15, 16:22

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Thailande - Chiang Mai ]
Voir les photos : Thailande - Chiang Mai ]

[  Cool ]

Valérie avait acheté les billets depuis longtemps. La légendaire ligne de train de nuit qui relie Chiang Mai à Bangkok!

Après avoir dit au revoir à Sandra, nous avons embarqué vers 15h30. Le train s’est ébranlé à l’heure prévue (16h00) et nous avons roulé vers le sud pendant 14 heures.

De nombreux temples agrémentent le paysage et des incendies résulte un coucher de Soleil tout rouge. Le train est muni de bancs transformables en couchettes et d’autres couchettes qu’on déploie depuis le plafond. Dans notre wagon, chacun a son lit (le luxe!, de dire Émile). Les employés les déploient vers 20h00 et à 21h00, tout le monde ou presque est couché, les rideaux tirés. Dehors, il fait nuit, mais on peut surveiller la lueur des incendies. Certains sont très étendus et illuminent des montagnes entières. D’autres sont si proches du train que leurs flammes lèchent presque les vitres. On passe rarement plus de 15 minutes à surveiller le noir, le nez collé sur la vitre, sans en voir un. Jeanne, Patrice et Paul-Émile ont passé un long moment à les surveiller. Ils ont tiré les rideaux derrière eux pour se plonger dans le noir et mieux voir les fascinants incendies, même si cela rendait encore plus concentrée l’odeur un peu désagréable et légèrement fétide qui émanait des pieds d’Émile. On a bien rigolé.

On a assez bien dormi, même si le lit était trop court pour Patrice. Ou enfin, on croyait avoir bien dormi, car une fois bien réveillés et arrivés à Bangkok, le sommeil nous a profondément assaillis.


Dans la gare avant de partir


On embarque


La configuration des couchettes


La "chambre" d'Émile

Voir les photos : Thailande - Chiang Mai ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 1 réponses

Chiang Mai avec Sandra : palais, temples, massages et boxe

Le 13/03/15, 7:42

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Thailande - Chiang Mai ]
Voir les photos : Thailande - Chiang Mai ]

Durant les derniers jours, passés avec Sandra Di Palma (amie de longue date de Valérie), nous avons visité les alentours de Chiang Mai ainsi que la ville elle-même. Nous avons entre autres visité le palais royal, apprécié pour ses beaux jardins fleuris, roses de toutes variétés, orchidées, cascades, ..., ainsi que plusieurs temples, dont le « Doi Suthep », tout doré et perché sur la montagne (300 marches à monter). Là-bas, les enfants se sont livrés à la méditation et à la prière. Un moine bouddhiste attendri nous a graciés d’un bracelet de « mérite » chacun en prononçant une prière. Ça y est. On est bénis. Nous avons également visité plusieurs autres temples de la vieille ville de Chiang Mai, qui en est parsemée; certains en bois, d’autres en pierre, ayant tous ont un point en commun; les énormes statues de Bouddha dorées.

En soirée, Sandra nous amène à ses restaurants-trouvailles (dont un situé au beau milieu d’un « night market » très joyeux), qui sont toujours excellents. Val apprécie les Pad Thai, Paul-Émile les sushis, Jeanne les fruits, Patrice le poulet aux noix de cajou et Sandra toutes les petites tentations succulentes et exotiques.

Sandra a offert à Jeanne un massage thaïlandais et elles y sont allées en copines. Elles ont adoré.

Ici, la boxe « à la thaïlandaise » est très populaire. Les gens assistent aux nombreux spectacles présentés le soir dans de petits arénas et plusieurs thaïlandais la pratiquent. Sandra et Patrice ont assisté à un gala de boxe en soirée (adjacent à notre hôtel). Patrice a même parié sur un boxeur et a gagné un gros 200 Baths (environ 8$). Jeanne et Émile se sont initiés à ce sport en allant taper quelques sacs de sable à la salle d’entraînement des boxeurs.


Dans les jardins du palais royal (Photo spécialement pour grand-maman)


Temple de Doi Suthep

Une prière avec Sandra (en marchant sur le chemin de prière)


Les enfants en pleine prière sincère, avec des fleurs de lotus


Émile en conversation avec Bouddha

Gala de boxe thaïlandaise. Le boxeur de gauche a fait gagner 200 Baths à Patrice

Initiation à la boxe thaïlandaise


Un bon souper avec Sandra Di Palma

Voir les photos : Thailande - Chiang Mai ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 1 réponses

Dans la forêt thaïlandaise, à dos d’éléphant

Le 12/03/15, 12:29

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Thailande - Chiang Mai ]
Voir les photos : Thailande - Chiang Mai ]

[  Aux anges ]

La santé de Valérie et d’Émile s’étant améliorée dû aux antibiotiques, nous avons pu recommencer tranquillement nos activités.

Nous sommes désormais à Chiang Mai, une petite ville du Nord de la Thaïlande. C’est un endroit très relax, comparativement à ce qu’on a vu à peu près partout ailleurs. Il nous semble aussi que cette région est plus raffinée, moins bruyante, plus soignée et l’air y est plus sec et donc, plus supportable. Cependant, une particularité intéressante du lieu en cette période de l’année (février, mars et avril) est l’omniprésence d’un voile de fumée, qui cache en permanence le ciel et les montagnes environnantes. Cette fumée vient d’un nombre incalculable de petits incendies de forêts dans les alentours, qui sont allumés par, nous dit-on, le bambou qui frotte sur le bambou des suites des œuvres du vent. Nous avons nous-mêmes pu voir ces feux, bien allumés, innombrables et ces souches qui fument, ainsi que de grandes taches noires dans la forêt. Chose étrange : les arbres ne brûlent pas. Ce sont des feux qui courent au sol et dans la mousse. Tout le monde a bien hâte, ici, aux premiers jours du mois de mai, lorsque la pluie viendra éteindre les sols et laver le ciel.

Ces feux, nous les avons vus lors d’une expédition en forêt dont le but ultime fut d’atteindre un refuge d’éléphants d'Asie afin de vivre une journée complète pour prendre soin et apprendre à diriger son éléphant. Après deux heures en 4X4 (dans la boîte à l’arrière et au grand vent) à nous faire tabasser par une route de montagne défoncée, couverts de poussière, nous avons enfin rencontré les éléphants et commencé notre formation. Nous avons d’abord appris comment entrer en contact avec eux, comment les nourrir (avec des bananes) et à les diriger avec des ordres donnés en thaïlandais (ex : « Hua » = « stop »; « By » = « avance »; « Song » = « lève le genou afin que je puisse y prendre appui pour monter sur toi »; etc.). Puis, après un dîner en forêt (un bon Pad Thai plein de zeste de citron), nous avons fait une balade en montagne à dos d’éléphant (Jeanne et Valérie sur le plus gros (3000kg) et Patrice et Émile sur le deuxième plus gros). C’est vachement haut, un éléphant! Émile, particulièrement à l’aise, a trouvé le truc de l’oreille : son éléphant consent enfin à avancer quand on le gratte là. Jeanne s’est profondément attachée à ces animaux et plus particulièrement à Diamond, celui dont elle prenait soin. C’est surprenant de voir à quel point les éléphants peuvent monter ou descendre des pentes abruptes. Finalement, nous avons baigné et lavé les éléphants dans une rivière et enfin, joué un peu avec eux à l’arrosoir. Ils sont bien équipés pour riposter. Et après ils rigolent!

Ce fut une très belle journée, remplie de tendresse comme l’a qualifiée Jeanne. En fin de soirée, nous avons rejoint Sandra et avons soupé avec elle dans un petit resto qu’elle nous avait recommandé. Un délice!



Paul-Émile en plein contrôle

Jeanne et Diamond s'aiment beaucoup


Une balade en forêt


Un délicieux Pad Thai


Paul-Émile et Patrice sur l'éléphant


Les éléphants aiment qu'on leur caresse la langue. C'est leur manière de créer un lien.


Valérie prend une douche froide malgré elle

Voir les photos : Thailande - Chiang Mai ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 2 réponses

Les saveurs de Singapour! (par Jeanne)

Le 09/03/15, 13:38

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Singapour - Singapour ]
Voir les photos : Singapour - Singapour ]

[  Malade ]

Hier, Papa et moi sommes allés visiter la ville de Singapour. Maman et Émile ont quant à eux visité l’hôpital de la ville! Très efficace! Diagnostic : otites. Nous avons donc pris le métro, puis nous sommes allés voir le quartier chinois. Là-bas, j’ai mangé du bon canard cuit et j’ai performé dans ma technique de baguettes chinoises. Ensuite, nous avons pris un joli bateau électrique qui nous a promenés un peu partout dans la ville. Nous avons notamment vu le « Merlion », une statue de lion avec une queue de poisson, un symbole de la ville (« dignitié » et « océan »). Nous avons également vu l’immense grande roue de Singapour (une heure pour faire le tour complet). Plus tard, nous avons à nouveau pris le métro qui nous a conduits dans le quartier indien. Tout était vraiment comme en Inde. Je ne suis jamais allé en Inde mais bon; c’est ce que dit Papa (qui n’y est jamais allé lui non plus). Finalement, nous avons décidé de revenir manger en famille et d’apporter un bon petit souper acheté au « Mustapha market » à nos deux malades. On s’est fait un pique-nique improvisé dans notre chambre de l’auberge de jeunesse. Nous avons bien rigolé, victimes de la sauce piquante (Papa a été le plus atteint; Maman l’a adorée). Singapour est une ville très propre et les gens y sont très gentils. Aujourd’hui on a rejoints Sandra, l’ami de Maman, à Chang Mai, en Thailande!


Jeanne et Patrice visitent Singapour et mangent au "Chinatown food street"


Jeanne et l'impressionnant building avec un bateau dessus


Tous ces Singapouriens d'origine indienne regardent passionnément le match de criquet sur une (une seule) petite télé


On mange indien dans l'auberge de jeunesse (Émile arbore son petit air fiévreux)

Voir les photos : Singapour - Singapour ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 2 réponses

En rafting sur la rivière Ayung

Le 04/03/15, 16:12

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Kuta ]
Voir les photos : Indonésie - Kuta ]

[  Heureux ]

Aujourd’hui au programme : une descente en rafting de la rivière Ayung. Nous sommes partis de bon matin en voiture-taxi jusqu’au nord d’Ubud pour y rencontrer notre guide et revêtir notre équipement. La rivière était superbe : Pour s’y rendre, une sorte de canyon très profond à la végétation luxuriante dans lequel il faut d’abord descendre par des escaliers abrupts minimalement aménagés. Une fois dans le bateau, nous avons pu apprécier toute la beauté de la rivière. De multiples petites chutes d’eau ponctuaient notre descente. À un certain moment, on a pu voir des parois gravées de sculptures hindoues. On s’est bien fait mouiller! La descente n’etait pas dangereuse, mais tout de même mouvementée. Les enfants ont beaucoup aimé cette première expérience en rafting!


En longeant les rizières, on entame le long chemin qui nous mènera jusqu'à la rivière


On se prépare à embarquer


Jeanne et Émile en rafting avec notre guide

Toute la famille devant les sculptures hindoues qu'on retrouve gravées le long de la rivière

Voir les photos : Indonésie - Kuta ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 2 réponses

En vélo, aux alentours d’Ubud

Le 02/03/15, 16:46

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Kuta ]
Voir les photos : Indonésie - Kuta ]

[  Heureux ]

Après quelques jours à Flores, notre retour vers Bali a été un peu mouvementé. En effet, notre avion a fait demi-tour en plein vol pour revenir à Labuan Bajo; problèmes techniques. Après une attente incertaine d’un peu plus de six heures, on est reparti pour Bali où nous sommes arrivés en soirée. Nous logeons depuis une semaine à Legian (Kuta). C’est très touristique, bruyant et pollué. Même si nous profitons de la plage pour faire un peu de surf, nous avons quand même littéralement hâte de changer d’air! Dimanche prochain, nous nous envolons pour la Thaïlande.

Nos activités des derniers jours nous ont principalement amenés dans les environs d’Ubud. Nous sommes retournés marcher dans la forêt des singes et avons assisté à un autre spectacle de danses balinaises (Legong), cette fois de soir. Pour un aperçu de ce spectacle envoûtant, suivez ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=ZKjpSMExYdk&feature=youtu.be.

Nous avons également participé à une randonnée-découverte des environs d’Ubud, à vélo (Bali-go-bike) qui nous avait été recommandée par des amis! Cette aventure d’une journée commence par la visite d’une plantation de café où on cultive aussi des épices telles que la vanille, la cannelle, différents poivres, etc. Sur place, nous avons eu la chance de déguster plusieurs fruits locaux, cafés et chocolats. C’était très intéressant et stimulant. Nous avons aussi goûté le fameux café Kopi Luwak. Ce dernier est fabriqué à partir des noyaux des cerises du caféier que l’on récupère dans les excréments d’un type de mangouste appelée Luwak. Cet animal consomme les cerises du caféier et digère leur pulpe mais pas leur noyau, qui est récolté, lavé à l’eau chaude et traité ensuite comme du café ordinaire. Très bon, un peu corsé, mais on soupçonne que ça n’ajoute pas grand’ chose, hormis une bonne histoire à raconter. Toute la famille y a goûté finalement.

La visite s’est ensuite poursuivie au sommet du Volcan Gunung Batur (à peu près endormi depuis 2004). Nous y étions déjà allés, mais cette fois-ci, le ciel était complètement dégagé et nous pu voir la coulée de lave de 1927, toute noire (voir la photo, sur laquelle on peut aussi voir notre sympathique guide pour la journée, Gede (prononcez Gué-dé)). Nous avons pris un excellent petit-déjeuner en regardant la caldera, puis avons amorcé notre descente de 24km en vélo jusqu’à Ubud.

Ce fut une très belle journée à pédaler sous un soleil de plomb. Nous avons traversé des rivières, des vergers, des plantations, des rizières en terrasses et de très jolis villages. Nous avons pour la première fois l’impression de vraiment profiter des beautés de Bali. Nous avons aussi visité une maison traditionnelle balinaise dont la structure se dit être une analogie du corps humain (cœur, tête, etc.). À chaque arrêt, notre guide nous donnait des explications intéressantes sur les lieux. À la fin, un bon repas nous attendait dans une maison-palais vraiment magnifique.


Une danseuse pour le moins envoûtante

On essaie le Kopi Luwak: 1) tentation, 2) on se lance, 3) hésitation, 4) verdict et 5) partage.

Le volcan Batur et sa coulée de lave noire (avec notre guide)

Une belle journée en vélo

Sur les routes de Bali. À gauche, une rizière avec de jeunes pousses

Des maisons près d'Ubud

Voir les photos : Indonésie - Kuta ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 2 réponses

Caverne de Batu Cermin

Le 20/02/15, 9:42

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Labuan bajo ]
Voir les photos : Indonésie - Labuan Bajo ]

[  Heureux ]

Ce sera notre dernière journée à Labuan Bajo. Demain, nous quitterons Florès pour revenir sur l’île de Bali pour deux semaines plus tranquilles. En attendant, nous visitons le port de la ville et la caverne de Batu Cermin (ce nom signifie « caverne-miroir »), toute proche. Malheureusement, Val n’est pas des nôtres cette fois (c'est à son tour d'ajuster son système digestif à la nourriture indonésienne). Un guide nous a fait visiter ce site magnifique, qui n’est pourtant pas particulièrement recommandé dans les guides de voyage. Ce sont les locaux qui nous l’ont recommandé.

Pour accéder à la caverne, il nous a fallu ramper durant plusieurs mètres. Les tunnels font plusieurs dizaines de mètres dans une configuration de labyrinthe. On peut y voir de grands stalagmites/tites, des fossiles, des gros cristaux, quelques gros spécimens d'amblypyges (sorte de grosse bestiole mi-araignée mi-scorpion), des criquets des cavernes blancs et noirs pas très appétissants et de nombreuses chauve-souris de plusieurs espèces qui nous observent incrédules. Ce fut une belle aventure.

Les enfants de Florès sont particulièrement gentils et souriants. Jeanne et Émile se font constamment aborder.


Un grand stalagmite


Émile explore la caverne


L'impressionnant amblypyge (12 cm de large)

Voir les photos : Indonésie - Labuan Bajo ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 3 réponses

Komodo !!!

Le 19/02/15, 14:34

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Labuan bajo ]
Voir les photos : Indonésie - Labuan Bajo ]

[  Envoûté ]

Le nom seul fait rêver. Nous sommes partis de bon matin sur un petit bateau loué à Labuan Bajo (village de l’île de Florès) avec un couple très sympathique de Hongrois, un autre de Belges (non-francophones) et une Allemande pour un trajet de deux heures vers le Parc national Komodo, et plus précisément vers l’île de Rinca (prononcez Rin-cha), où se trouvent les fabuleux dragons. Pour ceux qui ne le savent pas, les dragons de Komodo sont les plus gros lézards au monde. La légende dit qu’ils existaient déjà au temps des dinosaures. Aujourd’hui, ces dragons n’existent que dans deux îles sur toute la planète (Les enfants se plaisent à dire qu’ils sont endémiques (en insistant sur le mot) à l’Indonésie).

Ils peuvent parfois atteindre 3,5 mètres de long avec la queue. Ils sont très puissants et imprévisibles et peuvent tuer un Buffle sans remord. Leur technique est celle de la morsure empoisonnée. La victime, selon son poids, peut mettre jusqu’à deux semaines avant de succomber (mais ça peut parfois être très court). Patient, le dragon va suivre la pauvre proie dans son agonie jusqu’à son terme, attendre qu’elle faisande un peu et la dévorer goulument. Une fois de temps en temps, on déclare mort d’homme, mais plus rarement homme dévoré! (Un Suisse a donné son nom à une des collines de l’île, quelque part ici. On n’a retrouvé de lui que ses lunettes et sa caméra) Chaque année, il y a quelques « mordus » qui sont antidotés s’ils se rendent à l’hôpital dans les 24 heures.

En chemin, un grandiose paysage de collines et d’îles rocheuses et moussues (quelques arbres) en formes de cônes (avec des pentes de 45 degrés et plus) se déploie devant nous. Sur la mer, des poissons sautent et une grosse méduse orange est aperçue par les enfants. Quelques poissons-volants çà et là, effrayés par le bateau, virevoltent autour. Le bateau en bois est extrêmement bruyant et est piloté par deux Indonésiens de 14 ans et demi qui ne parlent pas l’anglais (ni le français, évidemment). Valérie s’est munie de comprimés d’un « Gravol » local appelé ironiquement « Antimo ».

Après deux heures en mer, on arrive enfin sur l’île. Notre petit groupe de 9 personnes est accueilli par des gardiens-guides pas particulièrement sympathiques et on écoute attentivement leurs consignes (on ne peut pas se promener seuls sur cette île : trop dangereux). Dès notre départ, on passe devant une dizaine de dragons de près de trois mètres. Impressionnants. On nous demande si les filles sont dans leur « période », car ces bêtes sont attirées par l’odeur du sang. Toutes répondent par la négative. Un gros dragon se lève alors et marche vers nous. On recule. On soupçonne un mensonge. Le guide tend son long bâton de bois fourchu. La bête fait encore quelques pas et sort sa langue pour nous sentir. Le guide semble un peu stressé et nous aussi! Le dragon attend, nous fixe de son regard froid... et se rassoit. On a filmé cet événement (https://www.youtube.com/watch?v=E3dXZRTwmJU&feature=youtu.be).

Munis de chapeaux et de bouteilles d’eau, nous entamons ensuite une randonnée de deux heures et demie sous le Soleil à 36 degrés. Les enfants sont admirables de patience. Valérie insiste pour faire le trajet en gougounes. Selon ses dires, elle parcourt le monde en gougounes! On croisera de plus petits dragons (certains hauts perchés dans les arbres, évitant ainsi d’être dévorés sans scrupule par les plus gros), des macaques, mais surtout deux gros buffles noirs et cornus, enduits de boue et très engourdis par la chaleur. N’empêche, on ne s’est pas approché à moins de quatre mètres de ces impressionnants bovinés sauvages. Un guide ouvre la marche, pour contrôler les éventuelles approches de dragons, un autre la ferme.

De retour au camp, on mange un peu et on reprend le bateau. Ce dernier fera deux arrêts d’une heure chacun pour faire du snorkeling dans des jardins de coraux extraordinaires et poissonneux. On a vu des poissons-clowns, des méduses-lunes, des bancs de petits poissons blancs, quelques grands bleus-métalliques et plusieurs nouveaux, qu’on n’avait pas encore vus. Jeanne découvre des tapis d'algues (ou de fleurs sous-marines) qui changent de couleur (du rouge au gris) quand on les agite (elles se "ferment"). Chemin faisant, nous avons accosté sur une île paradisiaque avec en son centre une colline pas très haute (150m), mais très très escarpée sur laquelle nous avons grimpé. Le paysage en haut était magnifique. Imaginez : une île-colline plantée au milieu d’une baie à l’eau turquoise avec des plages de sable blanc et des collines vert-fluo partout autour (photo). La descente a beaucoup inquiété Papa (si on glisse, on roule jusqu’en bas), mais on a eu un peu d’aide (les sympathiques Hongrois Buda et Jo). Val, chaussée de ses gougounes intrépides, nous envoyait la main d’en bas!

En fin de journée, nous accostions au port de Labuan Bajo, fatigués, mais enchantés. Cette petite ville très pauvre d’environ 1000 habitants souriants et pas encore habitués aux touristes, sillonnée de rues et de trottoirs défoncées avec près du port un marché de poissons nauséabonds (ouvert et peuplé de chats errants), est plantée dans un décor de film de pirates; le tout baigné de couchers de Soleil surréalistes.
Dragons de Komodo: check!


Au départ de Labuan Bajo


À l'entrée du Parc


La randonnée en montagne


Un dragon!


Un gros buffle noir (plein de boue)


Depuis le sommet de l'île-colline (en bas, notre bateau et Valérie qui nous envoie la main)


Le groupe après une grosse journée à naviguer et à marcher

Voir les photos : Indonésie - Labuan Bajo ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 3 réponses

En attendant Flores

Le 16/02/15, 15:50

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Gili Air ]
Voir les photos : Indonésie - Gili Air ]

Tout d’abord, nous avons passé une courte journée sous la pluie à visiter quelques sites sur Lombok (très belle île), dont une forêt remplie de petits macaques un peu agressifs (nous en avons vu des centaines sur le bord du chemin), ainsi qu’un atelier de tissage traditionnel, activité à laquelle Jeanne a pu s’adonner (voir photo). Émile a été très impressionné par une tisserande très âgée dont l’état de la dentition faisait peine à voir...

Puis, avant-hier, en soirée, après que notre vol eu été retardé d’une heure et demie, nous sommes revenus à Bali pour passer quelques jours « relax » (à Kuta), en préparation de notre départ pour l’île de Flores. Nous avions besoin de dormir, de faire un peu de lessive et d’acheter de nouvelles palmes pour Émile qui grandit à vue d’œil!

Ce soir, nous avons pris un de nos meilleurs repas depuis le début du voyage, dans un petit warung qu’on nous a recommandé... Et ça nous a coûté deux fois moins que dans ces restos qu’on trouve sur le circuit touristique. En prime, on a eu un spectacle de trois musiciens à notre table avec qui on a chanté « Let it be ». Une belle leçon de vie pour Patrice.

Enfin, aujourd’hui, nous avons commencé à prendre de la Malarone, pour prévenir les risques de malaria, car à Flores, ils sont plus grands. Départ demain midi sur un autre avion de Lion Air.


Un macaque sympathique dans une forêt montagneuse de Lombok


Jeanne suit les sages conseils de la tisserande


On reprend l'avion! (de soir)


Belle soirée à Kuta

Voir les photos : Indonésie - Gili Air ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 0 réponses

Expéditions en mer

Le 13/02/15, 10:05

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Gili Air ]
Voir les photos : Indonésie - Gili Air ]

[  Fatigué ]

Nous achevons demain notre séjour dans les îles Gili. Depuis quelques jours, nous avons vécu quelques activités intéressantes, mais le manque de sommeil (les draps semblent toujours mouillés, dû à l’humidité, les appels à la prière, les couinements de lézards, etc.) commence à nous peser. Nous quitterons demain pour passer la journée à visiter Lombok puis, en fin de soirée, retour à Bali. À Kuta, cette fois, pour préparer notre prochaine excursion dans les îles de la Sonde (Komodo, Rinca). Les enfants ont bien hâte de voir les dragons !

Hier, nous avons pris part à une excursion en bateau pour faire du snorkeling autour des îles Gili. Les enfants ont beaucoup aimé. En quatre arrêts, nous avons vu des coraux bleus, d’autres tortues marines (on en compte maintenant 10) et des poissons très colorés. Il y avait de la houle. Les enfants ont été très solides; ils plongent longtemps et profondément. À l’heure du dîner, on a fait un arrêt sur Gili Meno, où on a visité un refuge pour jeunes tortues marines. Jeanne et Émile étaient émus par ces petites pattes qui nageaient et ont chacun déposé pas moins de quelques milliers de Ruphias indonésiens pour la cause de la sauvegarde des tortues.

Ce matin, nous avons participé à une excursion de pêche. Nous avons partagé les frais pour le bateau avec un Sud-Africain très sympathique. 1h30 à la trôle et 1h30 à la ligne dormante. Malheureusement, on n’a rien pris du tout. Un peu comme dans la Grande décharge. Donc, on arrête ici d’en parler. On est un peu déçus. On ne mange pas de poisson grillé ce soir! Mais qu’à cela ne tienne, on trouve un restaurant-de-plage-cinéma-en-plein-air. Bien allongés sur des chaises longues en rotin, on y mange des mets indonésiens en écoutant « Dispicable Me 2". Les enfants jubilent.

Enfin, nous avons rencontré une famille de sympathiques québécois de Sutton qui nous ressemblent quand même beaucoup. Aujourd’hui, gros programme : dernière plongée, bagages, Saint-Valentin, et demain matin, go!



On se prépare à plonger

Une majestueuse tortue marine


Le sanctuaire de tortues


On relaxe sur la pointe de notre bateau


Jeanne à la pêche en mer


Le volcan Gunung Ranjani le matin

Voir les photos : Indonésie - Gili Air ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 2 réponses

Sur l’île de « Gili Air »

Le 09/02/15, 15:24

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Gili Air ]
Voir les photos : Indonésie - Gili Air ]

[  Envoûté ]

Nous avons atteint avant-hier matin l’île de « Gili Air », au Nord de l’île de Lombok, sans une égratignure (sauf peut-être un petit mal de cœur). Un court vol nous y a emmenés à partir de Bali, en 42 petites minutes. Un balade en « taxi » de près de 3 heures nous a par la suite emmenés jusque dans un port mal famé (note dans le guide : Attention aux voyous et aux gens qui insistent pour porter, voire voler, vos valises), en passant par Senggigi. Nous avons ensuite pris le bateau « public » (genre grosse pirogue en bois), rempli à ras bord d’environ 50 Indonésiens un peu maganés (+ quelques touristes comme nous) pour rejoindre notre île, en moins de 20 minutes. Nous n’avons pas chaviré et Val n’a pas eu le temps pour le moindre petit haut le cœur, trop absorbée entre la surveillance des valises (qui menacent à chaque vague de sacrer le camp à l’eau) et celle des enfants (qui sont trop heureux d’être sur le pont avant, les cheveux dans le vent). Un dernier petit kilomètre à pied pendant lequel chacun traîne sa valise sur le macadam plein de sable (dur pour les roulettes) sous un Soleil de plomb, avant d’arriver enfin au nouveau quartier général. Le moral en a pris un coup, quand même. Ce n’est qu’en soirée que nous avons repris nos esprits et retrouvé notre bonne humeur, devant un bon repas, pris dans un petit resto de plage. Soupe de fruits de mer, mie gorengs, brochettes de thon grillées sur le feu. L’ambiance nous a enivrés : bières froides, jus de lime, air de « Bob Marley » (en Indonésie, tout le monde trippe Bob Marley), petites lanternes multicolores accrochées un peu partout dans les arbres, table dans le sable et gros poufs dans lesquels s’assoir pour apprécier la vue sur la mer. On est conquis!

Notre habitation est bâtie de manière non-conventionnelle. Sur pilotis, le bas est entièrement extérieur (avec des lits de repos « d’après-midi », une salle de bain minimaliste, une table en bois et un hamac, immédiatement apprécié des enfants. Le haut est fait pour la nuit. On y grimpe comme dans un grenier et y pénètre par une trappe coulissante (bois sur bois) verrouillable. L’intérieur n’est composé que de deux grands lits, sous filets anti-maringouins (obligatoire pour éviter la piqûre de malaria). Un peu de place pour les bagages, et voilà. On va vivre dehors, quoi, avec l’humidité constante, les fourmis et tout ce que ça implique. Mais on s’habitue vite. Déjà des routines sont installées, malgré la chaleur. Le plus dur : l’absence d’eau douce sur l’île (tout est salé, ça finit par piquer) et l’omniprésence d’eau dans l’atmosphère (lire : humidité relative).

On cumule déjà plusieurs plongées en snorkeling. Là, c’est formidable. On a des kilomètres à explorer, juste devant notre habitation (vers la gauche comme vers la droite. Devant, au-delà de 250 mètres, ça plonge littéralement (presque des falaises) vers les profondeurs du Grand Bleu). À notre actif : des millions des poissons multicolores (parfois en bancs de centaines de poissons grands comme la main), les plus grands de 1 mètre environ. Des crevettes-mantes, des étoiles de mer, des coraux de toutes les formes, de gros mollusques en coquille, des poissons-licornes, des bancs de ménés interminables, des poissons-globes, une anguille, un bébé poisson-lion, un poisson-roche (mortel), des serpents marins, des anémones, mais surtout, surtout, nos trophées : d’immenses tortues marines de 1m de long qui se laissent approcher et même toucher. Valérie a abusé : elle a tenté de se faire traîner par l’une d’elles. Refus. Jeanne a été attaquée de tous côtés par un beau petit poisson fâché contre elle, Émile a trouvé les plus beaux coquillages. Nous sommes comblés par la plongée et la plage. Déjà, nous sommes en projet de chercher de meilleurs « spots ». Ce sera difficile tant c’est beau. Mais c’est chaud.

Ça fait cependant beaucoup de bien d’être loin de Bali et de ses bruits. Ici, les voitures sont absentes. Des attelages de petits chevaux « pintos » assurent l’essentiel du transport lourd. Le transport léger est exclusivement pédestre. Ce matin, Émile et Patrice ont assisté au lever du Soleil (on dort tellement mal) sur le Gunung Ranjani, le deuxième plus haut volcan d’Indonésie, qui est juste devant nous. Hallucinant!

L’école à la maison se poursuit et les enfants travaillent très bien, malgré qu’ils connaissent des journées meilleures que d’autres. Pas toujours facile d’avoir maman et l’enseignante dans une seule et même personne! Quant à Patrice, il bosse sur ses articles et se plaint de la qualité du lien Internet.


Notre habitation pour les prochains jours


La circulation à l'heure de pointe à Gili Air


Les enfants qui font leurs travaux scolaires. On a déjà vu pire comme décor. Notez que les tortues ont été vues juste là, en face, dans ce coin de mer bleue, près de la bouée jaune à droite.

Voir les photos : Indonésie - Gili Air ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 3 réponses

Un autre aspect du voyage, moins connu: Pat qui travaille

Le 06/02/15, 6:09

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur ]
Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

[  Fatigué ]

Eh oui. Pour Patrice, c'est pas entièrement des vacances.

Dernière journée à Sanur. Demain, départ en avion pour les îles Gili. Plus précisément, on sera demain soir à "Gili Air", près de Lombok.


Patrice qui bosse sur ses articles

Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 0 réponses

Une autre belle journée de surf à Kuta !

Le 01/02/15, 15:16

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur ]
Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

[  Heureux ]

Jeanne prend de l'assurance dans les vagues

Émile attend la vague


Émile prend la vague


On termine la journée avec un beau coucher de soleil sur la plage de Legian

Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 0 réponses

Au sanctuaire d’oiseaux (par Paul-Émile)

Le 30/01/15, 17:02

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur ]
Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

[  Envoûté ]

Aujourd’hui, nous sommes allés au Bali Bird Park, c’était fanstastique! On a vu des oiseaux multicolores. J’en ai même nourri.

Juste à côté, il y avait un parc des reptiles. Il y avait des crocodiles plus gros que Papa et des serpents plus gros que mon bras.

Au Bali Bird Park, ma sœur et moi avons nourri des pélicans. Les mâles apportaient les poissons dans leurs gueules pour les donner aux femelles qui couvaient des œufs. Ce fut le moment que j’ai préféré.

Jeanne et Émile sont aux anges

Des loriquets turbulents et un iguane un peu lourd

Jeanne et un grand pélican sympathique

Émile et un oiseau de proie indonésien décoiffés


La famille aux oiseaux

Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 1 réponses

Temples, petits marchés et kayak

Le 28/01/15, 12:26

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur ]
Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

[  Cool ]

Ces derniers jours ont entre autres été occupés par la visite de quelques temples dont un, Para Luhur Uluwatu, qui prend place dans un décor des plus majestueux. Niché sur une falaise abrupte de plus de 200 m, Il surplombe l’océan indien et ses puissantes vagues turquoise. Le tout, protégé de la civilisation par une forêt de macaques qui nichent par dizaines dans les arbres. Cette escapade fut un très beau moment pour chacun de nous! Elle s’est terminée par un dîner sur la plage de Jimbaran avec un repas de poisson et crevettes fraîchement pêchés que nous avons choisis avant qu’on nous les cuise sur le feu. Pat et Val sirotaient une Bintang (bière locale) pendant que les enfants pataugeaient dans les vagues.

Nous avons aussi vécu l’expérience des « petits marchés nocturnes » où l’on vend de la nourriture un peu douteuse, plus ou moins succulente selon les circonstances, et vraiment pas chère (toute la famille mange pour 6$). Il y fait très chaud et l’attente est longue avant d’être servi, mais c’est si sympathique!

Finalement, on a pu faire un peu de kayak sur la mer de Bali (Pat s’est coupé l’orteil sur un coquillage méchant) et on s'est fait une soirée "billard/échecs" dans un restau qui était bien équipé.

Les problèmes intestinaux de Pat et d’Émile semblent être pour le moment terminés.


Temple-Musée "Le mayeur" à Sanur (Émile a chaud)


Pura Luhur Uluwatu

Dîner sur le plage. Succulent!

Marché nocturne à Sanur

Kayak

Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 1 réponses

Surf à Kuta (par Jeanne)

Le 24/01/15, 3:11

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur ]
Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

[  Heureux ]

Bonjour à tous nos lecteurs! Aujourd’hui (23 janvier), mon petit frère et moi sommes allés suivre un cours de surf! Nous avions chacun notre coach. Le grand luxe. Émile a été d’une forte ténacité pour son âge et j’ai été d’un grand équilibre pour ma première fois. Le cours a duré une (1) heure et nous avons dû chevaucher au moins 30 vagues. Nous en avons réussies environ 20/30. Le seul problème était qu’il y avait un grand nombre de déchets dans l’eau. Mais bon, on ne peut pas tout avoir dans la vie! (Jeanne)

Pour voir Jeanne et Paul-Émile en pleine action, suivez ce lien :
https://www.youtube.com/watch?v=dWIjFUleZCU&feature=youtu.be


Jeanne fait du surf


Tout un surfer!


En duo

Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 2 réponses

Plongée à Tulamben

Le 20/01/15, 14:18

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur ]
Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

[  Aux anges ]

Aujourd’hui, nous sommes allés faire du snorkeling (plongée masque/tuba/palmes) dans un des endroits les plus extraordinaires. Du côté Nord de l’île de Bali, un cargo de la marine américaine a été torpillé en 1942 et gît au fond de la mer tout près de la berge d’un village appelé Tulamben. L’endroit est bien connu des plongeurs. Le bateau est énorme (120m) et à son endroit le plus près de la surface, il n’est qu’à 3 mètres. Il est très endommagé mais accueille plein de coraux et par conséquent des poissons par centaines de milliers, parfois très grands et très chaleureux (ils viennent nous accueillir).

Ce fut une plongée mémorable. On a vu de très grands bancs de poissons; poissons perroquets, Idoles Mauresques, poissons-chirurgiens, etc. On n’a pas vu de requin ni de poisson-lune, mais ce n’est que partie remise. Les enfants ont été exemplaires d’énergie, de discipline et de compétence de nageur (l’épave est tout de même à 40m du bord et on y est retourné trois fois). Les conditions étaient très bonnes. Ce fut une journée mémorable.

Le trajet en « taxi » pour s’y rendre fût très sinueux et du coup, plutôt pénible pour Valérie. On avait un conducteur extraordinaire du nom de « Ketut ». On a frôlé la mort à 74 occasions. On croit être de bons conducteurs au Québec? Nan! Reste qu’en plein hiver, on se demande comment Ketut se débrouillerait en dérapages «contrôlés».

Nous n’avons pas pu prendre de photos sous l’eau, mais ces photos de Tulamben, cueillies sur la toile, sont vraiment très fidèles à ce qu’on a pu voir en réalité.

Pat a bien hâte que sa flore intestinale et l’Indonésie deviennent copains.



Un plan de l'épave (120m)


L'épave sous l'eau


On a vu tous ces poissons en milliers d'exemplaires

On sort de l'eau (en avant-plan, des bouteilles de plongée)

Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 0 réponses

Poissons esthéticiens

Le 18/01/15, 12:36

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur ]
Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

[  Cool ]

Petite promenade du dimanche à Sanur, sud-est de Bali. Aujourd’hui on décide (les filles décident) de vivre quelques attractions touristiques! Val et Jeanne se font faire un soin naturel par des dizaines de petits poissons qui viennent se coller à leurs pieds pour se nourrir des petites peaux mortes qu’ils y trouvent! Ça chatouille! Expérience d’une seule fois; les filles ont un peu pitié de ces petits poissons! Pat a chaud, très chaud, il prend des photos.

En après-midi, on profite un peu de la très belle plage puis, en début de soirée, on prend un Bemo (mini-bus vert et crado habituellement destinés aux habitants locaux, dont la porte reste ouverte en permanence et qui sens la gazoline, -Pat dirait le Ski-doo- à fond la caisse! Val aime bien l’expérience authentique du Bemo. On se rend ainsi à notre warung (petit resto) préféré, The little bird, pour partager un délicieux repas typique de la place!


Les petits poissons (genre plécostomus laveurs de vitres de nos aquariums) qui grignotent les pieds


Un bon souper. Émile déguste son plat indonésien préféré: Le Mie Kuah Ayam (la soupe aux nouilles-poulet)


En voyage, on partage!


Jeanne dans un "Bemo"; un genre de taxi qui rappelle les motoneiges (odeur et porte ouverte)

Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 1 réponses

Routine, plongée et Ubud

Le 16/01/15, 14:48

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur ]
Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

[  Neutre ]

Après les épisodes de décalages, de maux de ventre, otites et autres désagréments (coquerelles, moustiques, circulation, chaleur et pollution, taxis et vendeurs TRÈS insistants et parfois désagréables), nous avons mis au point de belles routines avec les enfants : quelques restos qu’on aime, l’école l’après-midi, circuits de marche, etc. Deux fois par jour, les Indonésiens hindous déposent devant leur maison des offrandes (petits paniers faits de roseaux et remplis de fleurs, biscuits, pièces de monnaie, riz, etc.) pour rendre grâces. Nos hôtes ont la gentillesse d’en déposer aussi devant chez nous, matin et soir. Ils y ajoutent un bâton d’encens qu’ils allument. Enfin, le coq qui chante à partir de 4h30 du matin jusqu’à 15h00 ne nous dérange désormais plus. Patrice avait pensé l’acheter pour en faire un cari, mais bon, maintenant on s’y est attaché.

Nous avons commencé de timides plongées (en « snorkeling ») à partir de la plage la plus proche (10 min. de marche). Même si c’est plutôt terne et peu profond, on a quand même trouvé de petites merveilles: petits poissons colorés (bancs entiers de poissons bleu-fluo, ou qui sautent hors de l’eau en choeur), étoiles de mer très mobiles rouges ou noires aux longs bras, oursins venimeux et iridescents (voir photo), Bernard-l’hermites, limaces de mer roses, quelques coraux. On a aussi vu un serpent marin gris assez impressionnant. On a craint de le déranger. Ils sont très venimeux et parfois mortels. Beaucoup de choses, donc, mais pour la plongée, le meilleur est à venir (à suivre).

Nous avons également visité la ville d’Ubud. Tout d’abord, visite du musée réputé Puri Lukisan pour ses magnifiques peintures et sculptures, certaines étant très anciennes, XVe siècle. Ensuite, promenades dans un marché en plein air et resto conseillé par le guide, mais déconseillé par nous (voir photo où Patrice essaie de mordre dans un morceau de peau de porc grillée!). On a vu une dame avec un goitre. Émile en fut impressionné. On termine cette évasion à Ubud par la visite de deux beaux temples dont un surplombant un grand étang de nénuphars! On a eu droit à une capsule scientifique de Pat portant sur les caractéristiques d’imperméabilité parfaite des fleurs et feuilles de Lotus.

Les offrandes (avec ici un petit biscuit). Les oiseaux en raffolent!


L'école à la maison


Un oursin-diadème impressionnant avec son dessin bleu presque lumineux qui dit: "venimeux"!


Au marché d'Ubud, Jeanne tente de marchander!

Pat croque dans un morceau de peau de porc. Trop dur par-dessus, trop mou (gras) par dessous. Ricardo, au secours!


Dans le temple "Taman Saraswati" d'Ubud. En bas, on peut voir la fleur de Lotus rose.

Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 1 réponses

Bain de culture balinaise

Le 12/01/15, 8:23

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur ]
Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

Aujourd’hui, pour commencer notre exploration culturelle et naturelle de l’Île, nous avons passé la journée avec Made (prononcer « Ma-dé »), un chauffeur de taxi et guide qui nous a d’abord conduits à un temple hindouiste pour voir un spectacle de danses balinaises. Très intéressant (surtout la musique irréelle) mais un peu long. Jeanne était un peu traumatisée par le scénario cruel de la pièce (il y était question d’honneur lavé, de dieux, de mort et de vengeances). Par la suite, nous avons visité la Forêt des singes, près de la ville d’Ubud. Ce fut l’endroit préféré des enfants, évidemment. Il y avait des centaines de petits macaques chapardeurs, des dizaines de magnifiques sculptures anciennes, sur lesquelles pousse de la mousse verte et un charmant sentier étroit qui longe une rivière au fond d’une gorge. Un des macaques a sournoisement volé la bouteille d’eau de Patrice sans aucun scrupule. Un autre a attaqué la robe rose de Jeanne et on a dû repousser deux macaques menaçants à coups de « Shhhttt » en montrant les dents. Un peu éprouvant quand on sait que leur salive peut contenir la rage. Ensuite, on est montés au sommet d’un volcan (en voiture), pour admirer le cratère de plusieurs kilomètres de diamètre. Impressionnant, malgré la brume, surtout qu'un nouveau sommet a surgit en plein milieu, avec le temps. C'est donc un volcan immense dans le cratère d'une autre version très ancienne du même volcan, encore plus immense. On a ramassé des roches volcaniques. Pour terminer ce condensé socioculturel, nous sommes allés visiter des rizières en terrasses. Certaines sont vraiment très impressionnantes, taillées sur des collines assez abruptes. Au bilan, de belles découvertes, mais de nombreuses heures plutôt difficiles passées à circuler sur des routes très étroites et misérables, bondées de voitures et de motos, pour ne parcourir en définitive que quelques dizaines de kilomètres. On a choisi ce forfait condensé, se disant que nous pourrions retourner voir nos sites préférés à notre rythme!
Ce premier aperçu des gens qui habitent ici nous laisse un peu perplexes quant à la quantité astronomique d’œuvres produites ici (sculptures, peintures, etc.) et qui n’attendent qu’à être achetées!


Dans un temple hindouiste près d'Ubud

Des danseuses balinaises


Le volcan Gunung Batur (quand il n'est pas dans les nuages)

Pat se fait voler sa bouteille d'eau (pas content)

Dans les rizières

Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 2 réponses

Apotheka

Le 11/01/15, 14:22

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur ]
Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

[  Malade ]

Hier matin, Pat n’allait pas du tout bien! Il avait ce qu’on appelle ici le « Bali belly » (mal de ventre carabiné qui empêche de dormir). Voyant son homme ainsi mal en point, Valérie s’est donc empressée de parcourir le quartier à la recherche d’une « Apotheka » dans l’espoir de trouver une quelconque médication qui pourrait le soulager. En demandant son chemin à quelques passants, elle se rend vite compte que nous sommes dimanche et que sa mission s’en trouve affectée! Émile, qui l’accompagne, lui demande alors tout naïvement : « Maman, est-ce qu’on va rentrer bredouille? ». Bredouille est un mot qu’il affectionne particulièrement! Enfin, ils trouvent un petit cabinet de médecin ouvert 24h où l’on refuse de vendre quoi que ce soit sans avoir ausculté le malade. Qu’à cela ne tienne, toute la petite famille accompagne donc Pat (qui peine à marcher) au petit cabinet médical. On obtient des cachets et hop, on couche Pat pour la journée! C’est quand même assez stressant de voir son chum dans cet état alors qu’on se trouve dans un endroit très différent de chez soi, à l’autre bout de la planète, avec deux jeunes enfants! Quelques cachets plus tard, les choses commencent à rentrer dans l’ordre!

Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 0 réponses

On s'installe pour le prochain mois

Le 09/01/15, 10:58

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Indonésie - Sanur ]
Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

[  Cool ]

Nous sommes arrivés sains et saufs à Bali dans la soirée du 8 janvier, et (après une demi-heure de taxi) dans notre petit appartement qu’on appelle ici « villa » (expression nettement exagérée). Il s’agit d’une petite cuisine, deux chambres, un salon et une grande salle de toilette, Chacune de ces pièces donne sur l’extérieur par de grandes portes vitrées refermables. C’est très coquet, très balinais, surtout qu’il y a une grande piscine au centre. Les enfants en ont profité dès le premier soir juste avant d’aller se coucher et en profitent à fond depuis ce temps.

Tous les matins, nous nous levons assez tôt car un coq (eh oui) hystérique commence à chanter dès les premières lueurs. Il est accompagné d’un autre, juste derrière les murs, et ils poursuivent leur rivalité –ô bonheur- jusqu’à 15h00 (AUCUN guide de voyage ne nous a jamais parlé de ça). Dans notre conception de citadins, on croyait que les coqs ne chantaient qu’une seule fois, au lever du Soleil. Déception et cernes de fatigue. Émile et Patrice ont commencé leur exploration de la ville de Sanur, dans laquelle nous nous trouvons, dès le premier matin (plage et épicerie pour déjeuner :: il ont aussi vu un escargot géant d’au moins 17cm) puis, un peu plus tard, ont poursuivi avec Val et Jeanne. La plage est très belle avec ses petits crabes « invisibles » couleur sable et fuyants, ses coraux et ses algues échoués, avec le volcan Gunung Agung en toile de fond. On dîne dans de très beaux petits restaus (appelés warungs) situés le long d’un sentier touristique qui suit le bord de la mer et on rentre ensuite à l’appartement pour une saucette d’après-midi, afin de lutter contre la canicule et faire les devoirs. L’île de Bali est très belle et ses habitants charmants, même si leur anglais est à ce point teinté d’accent qu’on peine à les comprendre. La circulation est infernale et traverser une rue est presque toujours une aventure périlleuse. Les trottoirs sont parsemés de trous dignes d’un film d’Indonesia Jones.


Le lit


La piscine


L'extérieur


Un restaurant

Voir les photos : Indonésie - Sanur ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 1 réponses

Zone de turbulence duty free

Le 08/01/15, 15:40

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Pays-Bas - Amsterdam ]
Voir les photos : Pays-Bas - Amsterdam ]

[  Fatigué ]

Une autre journée tranquille à visiter Amsterdam, au menu : petits bateaux-maisons amarrés sur les canaux et dans lesquels les gens demeurent à l’année longue, marchand de fleurs et kiosques de viennoiseries (lorsque nous repasserons par Amsterdam à la fin avril nous comptons bien visiter le musée d’Anne Frank).

Le soir venu, le 7 janvier, nous avons repris l’avion avec cette fois l’objectif d’atteindre l’autre bout du monde. Il a fallu pour ce faire vivre un vol de 15 heures, en comprenant un arrêt d’une heure (étrange : on débarque et on rembarque) à Singapour. Les enfants ont été exemplaires de discipline et de coopération. Valérie a quant à elle survécu. Le trajet nous a fait passer au-dessus, entre autres, (un peu au Sud) de la Crimée, de l’Irak, de l’Iran, de l’Afghanistan et du Pakistan. Aucun missile. On est aussi passé (à peu près) exactement au-dessus du lieu d’écrasement de l’Air Asia d’il y a quelques jours.


De gros sabots

Des bateaux-maisons


Celle-là, elle est pour toi Roselyne

Dans l'avion

Voir les photos : Pays-Bas - Amsterdam ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 2 réponses

C'est parti !

Le 06/01/15, 16:39

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Pays-Bas - Amsterdam ]
Voir les photos : Pays-Bas - Amsterdam ]

[  Fatigué ]

Premier jour : Nous nous sommes posés à Amsterdam (Schiphol) après un vol KLM de sept heures auquel Valérie a survécu. (Elle a gravement le mal des transports [auto, bateau, avion, sous-marin, etc.]) Cernés jusqu’aux oreilles mais le regard rempli de détermination, nous avons acheté des billets de tramway et nous sommes rendus au centre-ville. L’architecture est magnifique et les édifices sont recouverts de fenêtres toutes plus grandes les unes que les autres. Un pigeon hollandais allergique aux touristes a largué une fiente horrible sur la belle chevelure blonde de Valérie. On a bien ri (elle aussi). Il y a des vélos partout et les gens textent en les conduisant. Aux Pays-Bas, on a le sens de l’humour. Pour dire merci, on dit « Dank u »...

Demain, une autre journée néerlandaise puis, en soirée, départ pour l’Indonésie, ancienne colonie néerlandaise, justement (15 heures de vol. Ouf. Bonne chance Valérie).

Départ de Montréal

Arrivés à Amsterdam

Les canaux qui sillonnent la ville


On nourrit les cygnes dans le "Red Light District"

Voir les photos : Pays-Bas - Amsterdam ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 0 réponses

Dernière phase de préparation...

Le 20/12/14, 6:33

58.52973336518.736544566667

[ Situer sur la carte : Canada - Longueuil ]
Voir les photos : Canada - Longueuil ]

[  Fatigué ]

À quelques jours du départ, nous commençons sérieusement à être fébriles, bien que fatigués d'un trimestre fort chargé. Nous avons reçu les visas il y a quelques jours et nous sommes vaccinés contre tout ce qui peut être attrappé. Tout est donc en ordre. Il nous faudra cependant encore patienter un peu. Ce n'est qu'après les fêtes que le départ sera donné. On s'envolera le 5 janvier prochain pour de nouvelles aventures!

Choqu

Voir les photos : Canada - Longueuil ]

Posté par valetpat2 | Poster un commentaire | 0 réponses