Les Guiguittes on the road
Enroutes.com -> Blogs -> Les Guiguittes on the road
Agrandir la carte

Petit tour à Kuala Lumpur

Le 12/01/17, 18:21

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kuala Lumpur ]

Les fêtes de Noël viennent de se terminer et aussitôt passé le 1er janvier, les sapins, les bonhommes de neiges et les pères Noël de tout poil ont été remplacé par les lampions rouges et or, les banderoles, les coqs de tout genre du nouvel an chinois. Les musiques aussi ont changé de ton, nous sommes dans une toute autre effervescence.
Nos enfants sont venus passer des fêtes de fin d’année tropicales et sont repartis avec plus ou moins d’entrain vers la métropole, leurs amis et leur patron… Mais notre fille ayant cumulé plus de congés, nous sommes partis lui faire visiter la capitale malaisienne pendant les 5 derniers jours précédents la fin de son séjour et son retour temporaire puisqu’elle come back fin mars ! Nous sommes parties seules le jeudi matin, Guiguitte n'ayant que le week-end pour nous accompagner.

Les premières visites ont été consacrées au site de Batu Caves, grandes grottes au sommet d’une colline à une dizaine de kms de KL. Un immense Bouddha tout doré vous y accueille avec bienveillance. Ces derniers temps, tout était en réfection, de gros travaux de rénovation ont été entrepris afin de rafraichir tout le site. Fin octobre l’immense Bouddha était encore emprisonné dans une gangue de bambous faisant office d’échafaudage. A la montée des marches, des sauts de sable et de ciment attendaient les visiteurs afin qu’ils participent à l’effort collectif, bref un gros chantier. Là nous avons eu le plaisir de voir la gigantesque statue libérée et rutilante à souhait, fin prête pour la célèbre cérémonie religieuse hindou de Thaipusam.
Nous avons monté nos 272 marches énergiquement, entourées par une horde de petits macaques des plus chapardeurs, voire un tantinet agressifs si l’on défendait trop bien… nos biens ! Tout en haut nous avons admiré la grotte bien sûr mais aussi une très jolie vue lointaine de KL.
Après avoir regagné le parvis, nous sommes allées voir le gros Ramayana couché et entouré d’étranges serviteurs. Puis nous avons flâné parmi les diverses échoppes, se préparant elles aussi à la prochaine grande célébration hindou en se parant de guirlandes florales toutes les plus jolies les unes que les autres.

L’étape suivante était la Ménara KL tower située en centre-ville, géographiquement plus haute que les tours Petronas mais pas d’un point de vue purement architectural puisque 30 m de hauteur les différencient… Le système de vision, déjà impressionnant il y a 4 ans, s’est considérablement modernisé puisqu’en haut de l’étage panoramique ouvert au public, a été construit une coursive toute en verre avec, sur une petite partie, une avancée appelée glass cube surplombant totalement le vide, toute en verre aussi avec son plancher transparent… Très très impressionnant !

Le lendemain, après que Guiguitte nous ait rejointes à KL, nous sommes partis tous les trois trainer dans le quartier de Chinatown, de Central Market et ses alentours. Journée plutôt consacrée aux achats, marchandages et chinages de tout genre. Petit lunch dans les food court locaux.
En fin d’après-midi, nous avions réservé la visite des tours Pétronas. Malgré nos différents séjours à KL, nous n’étions jamais montés en haut de ces célèbres tours, emblème équivalent à notre tour Eiffel pour la Malaisie. Là aussi moment très impressionnant. Ces tours de verre et d’acier sont reliées par une passerelle en verre à double étage. Un étage sert aux touristes et l’autre est utilisé par les très nombreux employés travaillant dans les tours qui abritent, outre une très chic galerie commerciale, des bureaux de la compagnie Pétronas bien sûr mais aussi des compagnies du gaz, d’électricité et tutti quanti. Nous ne pensions monter qu’à la passerelle mais nous avons eu l’agréable surprise d’accéder au sommet d’une des tours, dans un observatoire niché dans un des sommets en forme d’épis de maïs. Un orage s’est déclaré pendant notre visite et l’on a pu voir d’immenses éclairs tomber sur KL et se refléter sur la tour sosie d’en face : vraiment très beau et magique… Le soir, Passion mojitos et tapas dans le quartier très animé de Bukit Bintang. Pas facile…

Le lendemain petite journée tranquille, Guiguitte devant repartir pour KK tandis que les girls restaient dans la capitale jusqu’au mardi. Nous sommes allés boire un coup dans un bar qui nous avait été chaudement recommandé et nous ne l’avons pas regretté. Ce bar, nommé the glass, situé dans un hôtel de l’autre côté du parc jouxtant les Pétronas, offre une vue époustouflante sur le quartier des Pétronas. Une piscine intérieure permet d’admirer le paysage tout en barbotant et en sirotant un cocktail : y’a pire…

Le dernier jour, nous nous sommes rendues au temple Thean Hou, temple de la déesse du Paradis, tout un programme ! Ce temple chinois, un peu à l’écart et dominant le sommet d’une colline, nous a beaucoup plu. Kitch à souhait, commençant à se parer pour le nouvel an chinois, nous y avons passé un très bon moment plein de zénitude et à l’écart du grand flux touristique. Nous avons voulu enchainer par la visite de la grande mosquée mais là, grosse déception. La mosquée bleue de KK est beaucoup plus jolie à notre goût.

Le lendemain, jour du grand départ d’Aurôre, a été plutôt off : dernier petit restau vietnamien, un dernier massage et en route pour l’aéroport où là nous avons vécu une grosse embrouille, mais bon, ça se saurait si la vie était un long fleuve tranquille…

Toutes nos visites antérieures de KL se sont déroulées à l’occasion du grand prix moto de Sépang. Cette fois-ci, j’ai eu le plaisir de découvrir une capitale moins tumultueuse et moins envahie. Nous avions aussi plus de temps et étions moins stressées. Bref ce fut presque une redécouverte de KL.
J’espère que la prochaine fois (s’il y en a une) Benoît aura le plaisir de goûter aux charmes de Kuala.

Je vous souhaite une très bonne année à tous et toutes (je suis encore dans les délais) et vous dis à très bientousssssssssssss !!!

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 0 réponses

Tinggi tinggi Gunung Kinabalu !

Le 11/12/16, 15:43

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Ranau ]
Voir les photos : Malaisie - Ranau ]

Cela faisait un petit bout de temps que nous voulions nous rendre au parc naturel du mont Kinabalu et de ses alentours mais nous ne trouvions jamais le temps de le faire. Ce week-end étant un week-end de trois jours, nous nous sommes décidés pour cette direction.
Le mieux, normalement, c’est de partir tranquillement la journée, dormir sur place au pied de la montagne et le lendemain, profiter de l’aube et aller se balader. Comme on s’y est pris trop tard, nous avons opté pour l’autre solution un peu plus fatigante qui est de partir tôt le matin et rentrer dans la soirée : Lever du camp à 7h15, enclenchement du GPS et en avant Guingamp ! Direction Sabah tea garden.
La distance n’est pas si longue en kilomètres (150 km environ) mais comme nous grimpons la montagne, nous avons roulé sur une route sinueuse très empruntée par les cars et les camions avec zones de doublement assez parcimonieuses ce qui fait qu’il nous a fallu 2 bonnes heures et demie pour arriver plus haut que Ranau, aux plantations de thé de Sabah.
Par contre paysages magnifiques, vues du Kinabalu sous tous les angles, vallées verdoyantes, cascades, rizières, cultures pentues de légumes en tout genre, découverte sous un autre angle de Sabah…
Vers 10h30 nous sommes arrivés à Sabah tea Garden. C’est une petite enclave de culture perdue au milieu de la jungle, à flanc de montagne du parc Kinabalu. Pour nous c’était une première de découvrir en réalité ces petits arbustes au premier abord sans prétention. Cette plante de renommé universelle fait penser à un petit buisson de troène taillé en rond et haut d’un mètre à peine. Pas d’odeur particulière non plus. Simplement un petit océan de verdure tout en camaïeux, offrant une palette de verts allant du plus tendre printanier au plus profond vert bouteille.
Il n’y avait pas trop de monde, l’atmosphère était douce et reposante, bercée par quelques stridulations ponctuées de roucoulades discrètes ; la zénitude totale.
Comme il se doit, nous sommes allés déguster la production locale et, n’en déplaise à certains médisants qui se reconnaitront, absolument pas par esprit de rédemption mais par pur souci de lutte contre la déshydratation, sensation contre laquelle nous luttons activement tous les jours et plus particulièrement les soirs de week-end !!!!
Thé tarik pour Guiguitte et thé citronnelle pour moi dans un cadre simple et apaisant loin du tohubohu de KK.
Visite de la factory locale avec un guide nous révélant tous les secrets du thé (surtout celui de Sabah bien sûr !) et tous les bénéfices pour nos petits corps malmenés par nos habitudes alimentaires désastreuses. S’il n’y a qu’une chose à retenir c’est qu’il faut boire du thé (de Sabah of course) tout au long de la journée, sans sucre sans lait et sans citron, sans le faire infuser plus de 4 mn dans une eau à moins de 98°.
Je ne sais si nous réussirons à mettre en pratique toutes ces recommandations mais nous avons fait le plein en sortant de divers produits locaux à des prix tout à fait raisonnables !

Départ des plantations pour nous rendre au Poring hot spring, parc du Kinabalu à une vingtaine de kms de là. La météo un peu capricieuse nous a fait déjeuner un peu plus tôt que prévu afin de permettre à l’averse de passer son chemin.
Là, par contre, grosse affluence touristique : des cars entiers de voyageurs étaient stationnés laissant présager une foule abondante dans les parages.
Le principal attrait de ce parc sont les sources d’eau chaude provenant du cœur de la terre et aménagées en petites baignoires individuelles, en piscines ou en bains collectifs. La foule se presse dans cette partie du parc, délaissant facilement les autres activités.
Pour notre part, nous étions plus tentés par la canopée walk, balade aménagée dans les cimes après une bonne grimpette dans la jungle d’un dénivelé de plus de 800 m.
Arrivés au sommet, un enchainement de passerelles surplombant le vide permet une balade inoubliable à la canopée des arbres. Moment magique là aussi dans une atmosphère très particulière, chaude et très humide, bercée par des cris d’animaux invisibles mais très présents. Bon, je n’étais pas les plus fière et la plus hardie mais je suis allée jusqu’au bout par des passerelles de bois de cordes pas trop rassurantes et assez mouvantes, petit challenge personnel réussi.

Je ne voulais pas quitter la région sans avoir admiré la rafflesia, fleur la plus grosse du monde et endémique de Bornéo. Le problème de cette fleur c’est qu’elle n’a pas de saison particulière pour pousser et qu’elle ne vit qu’à certains endroits très limités. De plus, elle a une période de maturation de 9 mois avec une durée de vie, une fois éclose, limitée à une semaine. C’est vous dire s’il faut vraiment tomber dessus et profiter du spectacle. Il en pousse régulièrement dans le parc (j’ai même pu admirer trois boutons sur la descente de la canopée) mais après m’être renseignée, pas de fleurs actuellement…
Etant d’un naturel têtue, j’ai cherché à la voir chez des particuliers sans me faire arnaquer car certains profitent de cette manne céleste sur leur terre et organise des visites moyennant finances. Des copains avaient tenté de la voir par ce biais mais 120 ringgits réclamés par personne avaient refroidi les ardeurs ! Du coup, après furetage dans les parages, une fleur était visible pour 20 RM par personne. Banco et on nous a même emmené sur le site en pick up, que demander de plus ?
Flashage tous azimuts de la belle nimbée par sa nuée de mouches afin de la polleniser, admiration de cette plante sous ses trois formes de vie : bouton, fleur et déliquescence d’une vieille rafflésia, mission pleinement remplie !
Voilà, une très belle journée en pleine nature, quelques connaissances en plus, c’était vraiment super !
Très gros bisousssssssssssssss à toussssssssssssssssssssssss !

Voir les photos : Malaisie - Ranau ]

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 0 réponses

A bientôt les Momos

Le 29/11/16, 17:38

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kota Kinabalu ]

Comme annoncé dans le précédent post, la place vacante laissée par nos copains d’ «Australie nous voici !» n’a pas eu le temps de refroidir car une semaine après notre retour à KK, nous étions de nouveau à l’aéroport pour aller chercher les Momos qui font partie de nos plus vieux copains. Cela ne nous rajeunit pas mais cela fait plus de trente ans que l’on se connait ! Toujours là, aussi bien pour le bon que pour le mauvais, eux qui n’ont pas hésité à traverser la France pour nous épauler pendant les moments difficiles vécus en 2014.
Cette fois-ci, les conditions de nos retrouvailles étaient largement plus plaisantes malgré un voyage infiniment plus long pour se revoir !

Depuis notre départ pour l’Australie, les copines restées à Kota m’avaient informée qu’une météo lamentable sévissait à force de trombes d’eau régulières. Pendant la semaine d’intervalle entre le départ des uns et l’arrivée des autres, cela n’avait guère été plus joyeux, je craignais donc le pire pour le séjour des normands à Sabah (même s’il est acquis que le viking ne craint pas la pluie bien au contraire !). Apparemment les dieux de la météo étaient avec nous car, à part quelques averses plutôt tombées durant les nuits, on n’a pas eu trop à se plaindre des perturbations météorologiques. La seule fois où cela nous a vraiment gênés, c’est lorsque nous avons voulu aller voir les singes nasiques vivants au bord d’une rivière, à plus d’une heure de route de Kota. Le nasique, comme la plupart des singes d’ailleurs, n’aime pas trop de faire tremper le poil. Malgré un quadrillage serré de la zone fluviale dans laquelle ils vivent à l’état naturel, pas moyen d’en apercevoir la queue d’un. Nous avions fait cette sortie avec les copains précédents et même si ce fut de loin, nous avions pu admirer un groupe assez important de balancer d’arbres en arbres. Mais là, que tchi, nada… Par contre nous avons croisé la route d’une famille de loutres absolument pas perturbées par la météo ambiante, ce qui a égayé largement nos recherches simiesques !
Du coup, nous n’étions pas sûrs d’apercevoir les « fire flyes », petites lucioles qui volètent à la tombée de la nuit et illuminent certains arbres tels des sapins de Noël un 25 décembre. Mais si ! Malgré la forte hygrométrie, elles sont sorties pour notre plus grand bonheur et ont paré la mangrove de ses plus beaux apparats. Nonobstant l’habitude que j’ai prise de les voir régulièrement, je ne me lasse pas de ce spectacle plus que magique qu’elles nous offrent à chaque fois. C’est un pur moment de bonheur, quasi insaisissable par les appareils photos mais vraiment inoubliable aussi bien pour les petits que pour les grands.

J’avais concocté un petit programme de visites incontournables pour les sudistes en leur demandant leur opinion et leur ressenti pour chaque activités. Tout ce qui avait été testé avait reçu leur assentiment, j’ai donc pratiquement refait le même circuit avec quelques variantes. A leur tour, les Momos m’ont donné leur entière approbation et m’ont adoubée guide officiel de KK avec la note de 9,75/10, je peux donc encore m’améliorer (je dis ça pour ceux qui viendront bien sûr !).

Le séjour des Momos à Bayshore a été très fortement marqué par l’adoption inopinée d’un rataillon de chaton abandonné et perdu qui avait trouvé refuge à la piscine en bas de notre bâtiment. Cette pôvre petite chose sortie d’on ne sait où, hurlait comme un perdu qu’il était sous le porche. Nous l’avions déjà aperçu lors d’un petit pique-nique organisé le lendemain de l’arrivée de nos amis. Il avait été fortement attiré par l’odeur de la nourriture et il avait dévoré goulument les quelques déchets que nous avions. Puis il avait été chassé et rejeté par les chats du quartier qui ne voulaient pas partager les gamelles quotidiennes régulièrement dispensées par Lydie, copine française vivant aussi à Bayshore. Tout le monde était tombé sous le charme de ce petit orphelin, mais bon…
Le lendemain, pas de petit mimi à la piscine, on s’est dit qu’il avait été peut être recueilli…
Le surlendemain, l’orage sévissant fortement, nous avons entendu des cris désespérés, de poignants appels au secours à fendre un cœur de pierre.
La pluie ayant cessé et les hurlements aussi, Guiguitte a proposé que nous allions à la piscine avant d’aller se coucher, histoire de se rafraichir. Aussitôt dit aussitôt fait, j’ai préparé une petite gamelle au cas où… Et qui était là, sortant de nulle part, tout maigre et tremblant, le petit rataillon bien sûr. Bon, ben, ce qui devait arriver arriva… Depuis bientôt 3 semaines nous avons un charmant petit colocataire (dont j’ignore encore si c’est il ou elle) qui s’est bien remplumé et qui nous met le souk dans la maison. On l’a appelé Tingi en référence à la chanson de Mescanefeux sur le mont Kinabalu qui est un peu devenu notre hymne. Je la chante à tue-tête dès que j’en ai l’occasion…ou pas… et je saoule tout le monde avec cette chanson. Je précise que Tingi veut dire grand en Malais, beau paradoxe pour ce microbe qui faisait moins de 800 gr en arrivant chez nous.

Maintenant les Momos sont repartis vers les cieux nordiques. Ils ont retrouvé enfants, chachat, maison et boulot.
Pour nous la maison est bien vide, mais plus autant qu’avant… et surtout elle se prépare à l’arrivée éminente de notre descendance ! Juste le temps de laisser se reposer notre estomac et notre foie en vue des agapes de fin d’année.

Pleins de gros bisoussssssssssssssssss à toussssssssssssssssssssssssss et à bientoussssssssssssssssss

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 0 réponses

Rivers Day

Le 25/09/16, 16:35

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kota kinabalu ]
Voir les photos : Malaisie - Kota Kinabalu ]

Il y a quelque temps, un collègue de travail de Guiguitte a rencontré un dimanche en se promenant, une femme qui organise chaque année la fête de la rivière dans un quartier en banlieue de Kota Kinabalu.
Le principe en est assez simple, il suffit de construire un radeau en bambous de dimensions réglementées et de descendre une partie du cours d’eau le dimanche 25 septembre. Cette femme, très concernée par l’écologie et la biodiversité des rivières, avait très envie qu’une délégation française participe à cet évènement auquel participe le ministre du tourisme. Elle a donc tout simplement demandé au collègue de monter une petite équipe, de construire notre propre embarcation et de descendre la rivière avec tous les autres frêles esquifs.
Dès le lendemain, très enthousiasmé à cette idée, il en a parlé au travail et a fait des émules en quelques clics.
Nous nous sommes donc retrouvés le samedi précédent au bord d’une rivière d’une couleur douteuse, ombragée par d’immenses arbres à ramboutan du plus bel effet, les fruits étant à maturité complète. Un peu noël avant l’heure tant ces myriades de fruits rouges illuminaient le feuillage d’un vert profond.
Des beaux bambous frais coupés nous attendaient, il n’y avait plus qu’à relever le défi. Nous n’avions que très peu de temps pour aboutir ce projet, la course se déroulant le dimanche suivant. Après avoir un peu observé comment s’y prenaient les concurrents, il a été décidé d’utiliser de grosses chambres à air de camion afin d’améliorer la flottabilité, les malaisiens eux utilisant des tubes de PVC d’un bon diamètre qu’ils bouchent aux deux extrémités.
Un jeune Malais répondant au nom de Pilid avait été délégué par Winnie (la femme organisatrice) pour nous aider à la construction de notre beau bateau et ainsi nous éviter quelques bévues de débutants. Il nous a appris que pour que notre embarcation glisse bien sur les ondes, il fallait utiliser le bambou dans un certain sens. Il nous a montré comment reconnaître le sens de pousse et comment les assembler. Par contre le coup des chambres à air l’a vraiment épaté, n’étant pas habitué à ce système. Toute l’équipe a donc bien travaillé et notre embarcation a vite pris une belle tournure. Par contre la mise à l’eau n’a pas été des plus simples car la construction de faisant sur une rive escarpée, il a fallu cogiter pour que la plateforme ne glisse pas trop brusquement afin que les chambres à air restent dans leur coffrages et surtout que personne n’aille dans l’eau, cette dernière étant occasionnellement habitée par quelques crocodiles… (peu agressifs nous a-t-on dit, mais quand même !).
Vers 13h, Winnie est venue très gentiment nous demander de partager le déjeuner avec une partie des riverains. Nous ne nous y attendions pas et cela nous a beaucoup touchés. Les plats étaient délicieux et nous avons partagé un très bon moment avec tout le monde. Il faut dire que notre présence avait fait le buz et que tout le quartier était venu observer les « orang putti » (homme blanc) !
Le samedi suivant a été consacré à décorer sommairement notre magnifique navire et nous voilà fin prêt à en découdre avec les autres équipages et défendre âprement l’honneur de la France !
Sauf qu’il y a eu un gros malentendu ! Nous avions compris qu’il s’agissait d’une course avec un équipage de rameurs ; quand nous sommes arrivés, tous les bateaux étaient amarrés et ils étaient tous les plus magnifiques des uns des autres et tous avaient … un petit moteur ! En fin de compte il s’agissait d’un corso de bateaux et celui qui gagnait n’était pas le plus rapide mais tout simplement le plus beau. Autant vous dire que nous étions assez minable comparé aux autres. Mais qu’importe. Tout le monde était content de participer et c’était vraiment ce qui comptait.
Le départ était prévu pour 10h, chacun était fin prêt, on attendait plus que le ministre… qui s’est largement fait attendre puisqu’il est arrivé très décontracte vers midi…
Le départ a enfin été donné et toute cette splendide escouade a démarré, escortée de prêt par quelques personnes de notre team en paddle.
Les valeureux navigateurs sont arrivés accueillis par des hourras, des bravos et au son des gongs traditionnels. Les organisateurs de la route du rhum n’ont qu’à bien se tenir, la relève est là !
Nous avons ensuite dressé des tables et avons tenté de partager nos plats avec nos voisins. Cela n’a pas été évident mais nous y sommes arrivés. Ce dimanche s’est donc finit tardivement mais dans la bonne humeur et le partage.

Voir les photos : Malaisie - Kota Kinabalu ]

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 0 réponses

Visiting Kuching

Le 08/09/16, 11:37

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kuching ]
Voir les photos : Malaisie - Kuching ]

Visiting Kuching !

Bon d'abord désolée d'avoir tant tardé à alimenter mon blog, d'une part parce que mon retour estival en métropole était synonyme de vacances, et d'autre part, parce que depuis mon retour en Malaisie mon PC fait des siennes... Il est allé faire une petite cure de jouvence mais j'attends impatiemment novembre et mon ami Momo pour qu'il lui fasse un petit lifting des plus réussis.

Je ferme la parenthèse et reprends la narration de nos pérégrinations en Asie.

Septembre étant en Malaisie notre équivalent en fériés du mois de mai, les «petits» week-end de trois jours sont bel et bien là, du coup nous en profitons pour aller balader un peu plus loin que Kota Kinabalu.
Après avoir fait le parc national de Mulu au mois de mai dernier, notre choix cette fois-ci c’est porté sur celui de Bako, à côté de la ville de Kuching. Kuching veut dire chat en malais, pourtant aucun félidé marquant n’est à l’origine du nom de cette jolie ville. Malgré tout, le tourisme surfe sur cette vague et énormément de statues, de ronds-points, de breloques et artisanats locaux sont à l’effigie de Félix de tout poil, un musée lui étant même consacré.
Nous sommes partis le samedi matin par avion avec les copains qui nous accompagnaient déjà à Mulu et avons atterris 1h30 plus tard après avoir survolé Bruneï et traversé tout le Sarawak. Météo sympa, ciel voilé juste ce qu’il faut pour ne pas brûler immédiatement !
On trouve l’hôtel judicieusement choisi par Guiguitte pour son emplacement en centre-ville et sa vue sur la Sarawak River, on s’installe et nous voici parti à la découverte de la ville et de son waterfront fort sympathique.
Kuching est une ville qui laisse une place privilégiée aux artistes en général et à l’artisanat local en particulier. Arrivant de KK cela fait drôle de voir autant de petites boutiques aussi bien achalandées et à des prix défiant toute concurrence ! Un bouclier malais valant trois fois moins cher à Kuching cela donne quelques regrets d’être séparé de plus de 1000 km…. On en a pris plein les yeux ! Magnifiques statues représentant des guerriers, des chasseurs de tête, de superbes masques, des totems appelés kramen, des bijoux, des sarbacanes, des sabres, des couteaux, bref énormément d’objets d’origine tribale qui n’étaient pas sans nous rappeler certaines choses vues à Bali ou chez les Maoris de Nouvelle-Zélande. Bon évidemment on avait envie de tout acheter mais on a été sage et seule une sarbacane et son étui à fléchettes nous ont suivis jusqu’à KK.
Nous sommes allés ensuite faire un petit tour d’une heure sur la Sarawak River. Bon là évidemment cela s’est gâté, le côté charmant et enchanteur de la ville a vite été submergé par l’immense travers malaisien qui est le non-respect de l’écologie. Nous avons donc pu retrouver comme à KK une rivière en charge de tous les déchets possibles et inimaginables… Quelle tristesse de voir ce magnifique patrimoine gâché par cette inconscience collective. Pourtant ce n’est pas faute de panneaux apposés sur les quais disant « Notre rivière est la vôtre, ne jetez pas vos déchets dans l’eau ». Malheureusement je ne suis pas persuadée que la pollution ne viennent exclusivement que des touristes, le problème étant vraiment à la base de la population locale et des réseaux d’assainissement et de collecte des déchets des plus éthérés…
Le lendemain nous sommes partis à la découverte du parc national de Bako qui est un des plus anciens et des plus petits parcs du Sarawak. Rien à voir avec Mulu, plus simple et moins balisé, un peu plus brut de décoffrage ! On s’y rend par bateau puis on accoste à une jetée des plus succincte. Nous avions fait le choix de prendre un guide, comme à Mulu, afin d’apercevoir le plus d’animaux possible. Heureusement car nous serions passé à côté de plein d’animaux, trop occupé à regarder où nous mettions les pieds tant certains passages étaient abrupts et escarpés. De plus les guides en se croisant, se donnent des informations relatives aux lieux de niche de tel ou tel singe ou serpent ce qui fait que tout le monde peut admirer à loisir la faune du parc. Nous avons donc vu des bébés varans (animal commun à KK), des nasiques, singes argentés, macaques, serpent d’un vert quasi plastifié, lémur volant (bon là il se faisait une petite pouille sur son arbre mais normalement il vole). Par contre pas de calao… et pas de raflesia non plus qui était ce que j’appelle ma mission prioritaire pour ce week-end. La raflésia est la plus grosse fleur au monde et est endémique à Bornéo. Elle se forme en 9 mois mais n’éclot que 5 jours ce qui fait qu’elle n’est pas facile à voir si on n’est pas sur place. Il en pousse du côté du mont Kinabalu mais on n’a pas encore réussi à la voir.
Après cette bonne randonnée dans la jungle terrible jungle, nous avons débouché sur une petite anse où l’on s’est baigné, tranquille. Un petit bateau est venu nous chercher et nous a menés voir des formations rocheuses qui n’étaient pas sans rappeler celles de la plage de Kudat. Très jolies et très originales. Le bateau nous a ensuite mené au premier lieu d’accostage ou l’on peut manger, pique-niquer et même dormir. Ce lieu est donc très prisé par les macaques, voleurs dans l’âme, d’une agilité surprenante et toujours prêts à fondre pour vous chouraver vite fait un petit chouchou ou votre dernier smartphone ! Des porcs barbus (en pays muslim lol !) se sont aussi invités sur la plage, déambulant nonchalamment tout en guettant un petit gâteau qui serait tombé subrepticement de votre sac à dos ou de la main d’un minot.
Après avoir bien profité de Bako, nous sommes rentrés avec au-dessus de nos têtes, un ciel de plus en plus noir mais qui a réussi à se contenir jusqu’à notre arrivée à l’hôtel. Par contre, très peu de temps après, la ville a été largement rincée par un magnifique orage qui a embrasé tous les environs pendant plus de deux heures.
Le lendemain, nous avons déambulé dans la ville découvrant le little india local sans beaucoup d’intérêt, une chinatown très colorée et le musée d’anthropologie de la ville. Le musée au charme suranné était très sympa, à faire malgré une climatisation elle aussi d’époque !
Retour à KK et fin de ce week-end tout en douceur et en tranquillité.
Belle et intéressante ville de Kuching où il reste encore pas mal de chose à faire comme le centre de réhabilitation des orangs outan, mais cela sera pour une autre fois…
Bisousssssssss à toussssssssssssss



Voir les photos : Malaisie - Kuching ]

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 0 réponses

Jungle fever

Le 30/05/16, 18:21

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Mulu ]

Le mois de mai est propice aux ponts voire aux aqueducs en France, eh bien en Malaisie aussi ! Le week-end dernier fut donc un week-end de 4 jours et nous sommes partis dans le Sarawak, état voisin de Sabah ( toujours sur l'île de Bornéo), explorer le parc de Mulu. Un couple d'amis nous accompagnait ainsi que leur délicieux petit garçon.

le Mulu gunung est une réserve gigantesque faisant partie de l'UNESCO, abritant une faune importante sous une flore luxuriante.

Le village est très petit en lui même et l'on y accède exclusivement que par les voies aériennes ou fluviales, aucune route y menant n'ayant encore été construite.

Nous avons donc d'abord pris un petit avion à hélices de KK (2h de retard on ne sait ps pourquoi) , nous sommes posés au bout de 3/4 h à Miri pour l'émigration et sommes repartis dans le même avion pour une 1/2 h de vol et enfin atterrir à Mulu, destination finale.

Dépaysement total déjà rien que dans ce minuscule mais très pratique aéroport. Une navette nous attendait pour nous amener à l'un des deux hôtels du parc.

Une fois sur place, nous nous sommes renseigné afin de réserver un guide et une excursion. Plusieurs circuits existent, que l'on peut faire seuls ou avec un guide. Nous avons préféré la deuxième solution craignant de passer à côté de certaines choses et grand bien nous a pris.

La première sortie a eu pour but, après une marche de plus de deux heures, de visiter la Bath cave (grotte aux chauve-souris) et d'arriver pour l'heure de leur sortie quotidienne. Je m'attendais à faire un trek en pleine jungle, genre Bob Morane, pas du tout. Chemins bien balisés pratiquement tout en plancher de bois, carrossables pour tout le monde, tourisme très organisé et très canalisé.

Nous étions un petit groupe d'une dizaine de personnes (une famille malaisienne de KL et nous) et notre guide a été particulièrement patient, agréable et intéressant. Il nous a fait voir toute une variété de petits animaux que je n'aurais certainement pas vu sans son aide dont les plus curieux et aussi les plus "invisibles" étaient les phasmes. On en a vu de toutes sortes mais même le nez dessus, ce n'est pas évident de les repérer.

Je pensais voir des singes et de gros oiseaux mais, si moi je n'ai rien vu, je ne doute pas une seule seconde avoir été observée et épiée à qui mieux mieux par de mystérieuses paires d'yeux...

Après cette belle ballade, nous voici dans les grottes. Des grottes immenses, d'une hauteur majestueuse et abritant des millions et des millions de chauve-souris de plusieurs espèces. Les anfractuosités de la roche semblent être drapées d'un rideau de satin noir et soyeux, mouvant et bruissant, ondulant sous leur impulsion. Dans la grotte règne une chaleur moite. L'odeur aussi est presque palpable tant il y a d'épaisseur de guano. De toutes petites hirondelles cohabitent aussi dans cette immense caverne, ces hirondelles dont les nids attirent tout particulièrement les amateurs de cuisine chinoise.
Après une visite approfondie de cette immense caverne, nous sommes sortis pour admirer l'envol des chauves-souris, qui, comme muent par le même signal, sortent toutes en même temps, obstruant momentanément le ciel par un énorme nuage noir et arachnéen : superbe ! dommage que la pluie avait décidé de se mêler à cet instant magique... Nous avons ensuite rebroussé chemin sous de bonnes averses intermittentes mais romantiquement éclairés par de minuscules lucioles. Vraiment sympa !

Le lendemain, nous sommes partis par la rivière afin de visiter un village ancestral, acheter un peu d'artisanat local et explorer deux autres grottes, toutes très différentes les unes des autres. Là c'était plutôt une faune aquatique qui y avait élu domicile car c'était tout un réseau de rivières souterraines qui les sculptait, rognait et les élaborant. Très beau aussi toutes ces stalactites, mites et tutti quanti. Après avoir beaucoup monté et descendu de marches, nous nous sommes baigné dans une cuvette naturelle dans laquelle nous avons eu un peu de mal à rentrer tant elle était fraîche. Mais ayant pris un bon coup de chaud dans nos dernières explorations, cela a été un vrai bonheur de jouer à la Manon des sources.

Nous avons pique-niqué au bord de l'eau et sommes rentrés à l'hôtel, ayant réservé une dernière sortie. Malheureusement un orage important a joué les troubles fêtes et malgré notre motivation, nous n'avons pas pu repartir en ballade.

Nous avons passé un très bon moment à Mulu mais malheureusement on n'a pas pu faire tout ce que nous avions programmé, notamment la ballade dans la canopée et la visite des pinacles... Tant pis, il faudra qu'on revienne.

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 0 réponses

Massages à messages...

Le 01/12/15, 11:24

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kota kinabalu ]
Voir les photos : Malaisie - Kota Kinabalu ]

Vous ai-je déjà parlé des massages en Malaisie ?

Depuis notre arrivée en Malaisie, nous essayons régulièrement de nouveaux salons afin de trouver celui qui nous conviendra le mieux. Ayant gouté aux délices de la Thaïlande, il va de soi que la spécialité de la Malaisie n'est pas le massage mais les salons sont tout de même assez nombreux et nous sommes loin d'avoir écumé tout KK.

Le hic (et vous allez voir que ce mot convient parfaitement) c'est que nous sommes en pays musulman et que la coutume, l'éducation, voire la tradition ancestrale, c'est de ne rien garder dans son corps qui ne puisse gêner la digestion. Alors, fatalement, au gré des massages quelques rototos variablement puissants, ponctuent régulièrement la douce musique d'ambiance... Vous allez me dire : "Et alors, qu'est ce que tu en as à faire ? Tu fais ta prout prout, toi tu as la chance de pouvoir te faire masser pendant que nous ici on se les gèle et qu'on va au turbin".

Soit, mais quand même...

A l'avant dernier massage, nous avons eu à faire à une jeune fille, dans les 25 ans environ, d'allure joviale et gourmande si on en jugeait à son apparence plutôt cubique.

C'est Guiguitte qui y a eu droit à Miss Univers es Rototos, la WINNEUSE toutes catégories confondues ! Championne du Monde..

Elle a tout de suite annoncé la couleur rien qu'en disposant sur la table onguent et serviette. Une puissante éructation suivie d'un délicieux soupir de soulagement et c'était parti. A chaque mouvement un peu appuyé sur le magnifique corps d'athlète de mon maiiiiiiiiiri, elle ahanait en laissant jaillir une émanation gazeuse des plus fracassantes. Un vrai concert, que dis-je un Festival de Rototos. On n'a pas pu les compter précisément mais une bonne quarantaine au moins.

De mon côté, je m'imaginais que si la puissance de ces jaillissements était en corrélation avec la force des massages, j'allais retrouver mon Guiguitte en lambeaux, voire en charpies. Que nenni, d'après ses dires, Guiguitte n'a jamais aussi bien été massé en Malaisie. Conclusion, il faut bien digérer afin d'être très professionnelle !

Quant à moi, ce fut mon plus mauvais massage, non pas à cause de la douce musique ambiante, mais tout simplement parce que la masseuse était plus occupée à répondre à ses textos. Comme quoi on ne peut être au massage et aux messages en même temps.

Je vous laisse en vous embrassant très fort et en espérant vous lire bientôt, par mail ou par blog interposés.

En attendant, portez vous bien et prenez soin de vous.

Voir les photos : Malaisie - Kota Kinabalu ]

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 1 réponses

Tip of Bornéo

Le 18/11/15, 11:22

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kudat ]

Malgré les évènements nationaux que nous traversons, je reviens vers vous pour vous parler de Kudat et de ses environs.

Comme précisé dans le titre, on ne peut aller plus haut, après c'est la mer de Chine et à 25 km, à portée de vue, les Philippines. C'est un peu la Pointe du Raz locale mais en plus ensoleillée (si si !).

Nous avions décidé de loger dans un bio-resort, à un vingtaine de km du bout du bout. Déjà pour le trouver, ça n'a pas été une mince affaire, perdu au milieu d'une nature exubérante et des plus luxuriante : nous voulions de la nature, nous avons été servi ! dommage que pour y arriver nous avons côtoyé des plages magnifiques mais débordantes de détritus les plus variés...

Notre logement était constitué d'un petit pavillon de bois fait d'une belle chambre, avec douche et toilettes attenants, mais plus ou moins à ciel ouvert permettant ainsi aux écureuils du quartier de vérifier si notre poubelle était vraiment vide ! Très chouette, simple, pratique et efficace. Personnel sympa et très peu de monde, bref très bien. Par contre fallait pas avoir oublié le sel...

Avant d'arriver à notre point de chute, nous avons parcouru un peu moins de 200 km, traversant des villages (notamment celui où l'on fabrique la plupart des gongs qui résonnent dans les temples de Malaisie). Un peu touristique mais agréable - nous sommes donc muni depuis peu d'un petit gong qui ornera la cuisine d'été dans quelques temps -. Cette route sillonne aussi parmi d'immenses palmeraies qui fournissent la pernicieusement célèbre huile de palme.

Pendant ces quatre jours de week-end prolongé pour cause de Deepalavi (nouvel an indien), nous avons exploré les alentours, nous perdant (malgré le GPS) dans des pistes boueuses, croisant des varans, cherchant notre chemin et atterrissant sur des plages qui pourraient être paradisiaques si le gouvernement et les Malais prenaient en main les choses un peu plus énergiquement.

Nous avons fait une grande balade sous une petite pluie crachineuse et longé la côte qui part de notre hôtel pour arriver à un village de pêcheurs. Cette côte est très particulière géologiquement parlant, je ne suis pas assez érudite pour savoir ce qui pousse la nature a donner de tels paysages mais vraiment c'est une pure merveille de voir ces strates de différentes couleurs, densités et matières, dessinant ainsi des rivages des plus étrangement beaux.

Voilà, je vous laisse jusqu'à la prochaine fois. En attendant prenez soin de vous. On vous embrasse fort.
Les Guiguittes

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 1 réponses

Du haut de Bornéo

Le 07/11/15, 3:47

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kudat ]

[  Choqué ]

Hier matin je me suis levée très tôt n'arrivant plus à dormir. Je voulais répondre à mes mails et m'occuper du blog. En ouvrant un portail d'information, je suis tombée sur le drame que vit actuellement la France qui, avec le décalage horaire, venait juste de se produire. Comme je vois les informations sur CNN, tout est en anglais je ne comprenais pas tout mais les images si glaçantes parlaient d'elles-mêmes...
La semaine dernière on avait été informé qu'un attentat terroriste avait été déjoué contre l'arsenal de Toulon et maintenant cette hécatombe parisienne.
Tous les expatriés ici mais aussi beaucoup de malaisiens sont atterrés par ces évènements,on a l'impression que l'éloignement nous fait vivre ce drame comme un 11 septembre mais en se disant, "mais là c'est chez nous, c'est des familles françaises qui sont touchées en plein coeur, qui vivent l'horreur...", alors que pour nous la vie continue au soleil, loin de tout ces tragiques évènements.

Nous sommes de tout coeur avec notre pays, nous sommes de tout coeur avec vous.

Nous qui vivons actuellement dans un pays musulman tellement ouvert vers les autres, tellement accueillant, acceptant les autres religions, les autres peuples, toutes les différences sans aucune arrière pensée, on ne peut comprendre que de tels actes, une telle barbarie puissent être vécus. Ici, on voit des jeunes filles avec un voile dans les cheveux être amies et main dans la main avec des ados en mini short.
Les gens ici sont curieux de vous, de nous mais sans arrière pensée, une curiosité sympathique et saine permettant d'échanger, de communiquer et d'apprendre de l'autre.

Je ne me sens pas aujourd'hui d'humeur pour vous raconter la découverte des hauts de Bornéo, mais je reviendrai le faire très prochainement.
Je vous embrasse tous et prenez soin de vous.

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 0 réponses

Découverte de notre environnement - barbecue à la plage

Le 05/11/15, 9:40

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Sepang ]
Voir les photos : Malaisie - Sepang ]

Le week-end dernier un barbecue a été organisé par le personnel de la base. Cela s'est passé du côté de Tuaran, à une 1/2 heure à peu près de chez nous.
Après être arrivés à Tuaran, nous avons contourné un bel hippodrome (si si, j'ai été la première étonnée...) et avons débouché sur une plage magnifique, immense et relativement sauvage. Absolument pas bétonnée, propre, assez peu fréquentée, bref un super endroit très authentique, encore un peu sauvage, quelque peu paradisiaque en somme.
Ce barbecue avait pour but que les conjoints fassent connaissance tant entre eux qu'avec le personnel. Nous étions assez nombreux - environ 80 - chacun avait amené une salade et un dessert et le reste grillait sur des barbecues à l'ancienne, dégageant un fumet des plus alléchant.
Des jeux ont été organisés, quelqu'un avait amené des padles pour les faire essayer à qui voulait. La mer descendait en toute quiétude. Tout a été réuni pour que chacun passe un très bon moment, convivial et tout en détente.
On a essayé de papoter avec le plus grand nombre, de retenir tous les prénoms, de goûter tous les desserts (là, j'ai été assez bonne sur ce coup, plus que pour les prénoms, mémoire gustative sûrement), bref un très bon dimanche.
Un orage assez impressionnant est venu sonner le glas de ces festivités sur le coup des 16h, écourtant quelque peu cette super journée...
Nous sommes donc rentrés un peu précipitamment sous une pluie battante. Pas grave, c'était tellement bien que même cette interruption intempestive n'a pu gâcher ce bon moment.
A très bientôt et bisoussssssssssssss à tous

Voir les photos : Malaisie - Sepang ]

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 0 réponses

Grand Prix motos de Malaisie

Le 28/10/15, 2:39

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Sepang ]
Voir les photos : Malaisie - Sepang ]

[  Heureux ]

C[align=justify]oucou tout le monde !

Depuis le temps qu'on l'attendait ce grand prix eh bien on peut dire que l'on a pas été déçus et c'est vraiment le moins que l'on puisse dire.
Même ceux d'entre vous qui ne suivent pas le championnat on dû en entendre parler tant la course des G.P. a été hallucinante.
Nous sommes partis le vendredi matin de bonne heure et une fois atterri à l'aéroport, avons mis cap directement à Sépang par le biais de navettes spéciales. Malgré qu'on ne soit que le vendredi, la fête battait déjà son plein car ce circuit fêtait sa 25ème édition du GP. Grosse ambiance, belle exposition tant que de belles motos que de belles filles, musique assourdissante, bref nous étions dans notre élément, ne sachant où donner de la tête et des yeux. On a installé notre vieux drapeau supportant Johann devant son stand puis avons savouré tous les essais avec délectation en se disant : ça y est, on y est, on y est !
Seul petit bémol, la chaleur pesante, étouffante, accentuée s'il en fallait par ce que les Malaisiens nomment le "hase" qui est une brume composée de particules de pollution émises par les pays frontaliers (notamment l'Indonésie) qui pratiquent la culture du brulis à très grande échelle. Tout le week-end nous avons baigné dans un flou hamiltonien des plus surréaliste et écrasant.
Les essais finis, nous avons repris une navette qui elle nous menait à Kuala Lumpur. Je vous passe les détails typiquement malaisiens d'une organisation, heu, comment dire,somme toute, locale...
Nous prenons notre chambre, là aussi après quelques surprises (mais de notre fait cette fois ci) et passons une soirée très agréable dans un petit restau indien pas trop loin.
Le lendemain, samedi 24 octobre, jour des qualifications, nous avons rejoint sur le circuit un groupe de 4 collègues à Philippe qui eux, n'avaient pu partir que le vendredi soir de Kota Kinabalu. De plus, c'était les 50 ans de Christian ; tout le monde était heureux, dans l'ambiance, et commentait à qui mieux mieux les prouesses ou les déboires des différents pilotes, toujours sous ce hase plombant...
En fin d'après-midi, alors que nous avions décidé de rentrer, nous avons été alpaguer par une jolie hôtesse Ipone, nous signalant que dans un petit quart d'heure, Johann ZARCO viendrait faire une courte séance de dédicace.
En pays asiatique, le français n'est pas popularisé à l'égal d'un ROSSI, il n'y avait donc pratiquement personne qui attendait notre champion tricolore. Sans aucune hésitation, nous avons attendu son passage et avons rencontré un homme très simple, qui a pris le temps de discuter avec nous, s'est prêté en souriant au jeu des photos et des autographes et surtout qui a reconnu notre vieux drapeau que l'on trimballe un peu partout sur les circuits de France et de Navarre. Il a fait une très belle dédicace pour les 50 ans de Christian, bref, un super moment qu'on ne pensait pas vivre en venant à ce GP.
Re-navette pour Kuala (re-organisation locale : 80 km dans un bus des plus bringuebalant, entassés comme des boeufs allant à l'abattoir, debouts, le tout sous un bavardage des plus gallinacés émis par un trio d'Australiens au top de leur forme). Le soir nous avons retrouvé le groupe pour fêter les 50 ans dans un bar en buvant un mojito passion.... hum, les mots me manquent pour vous décrire ce délicieux nectar !
Dimanche 25 octobre, jour de la course, nous sommes partis très tôt de Kuala pour avoir des places bien situées (elles ne sont pas numérotées c'est donc un peu la foire d'empoigne...).
Je ne commenterai aucune course pour ne pas lasser ceux qui en fin de compte ne s'y intéresse pas plus que ça, mais Johann nous a tenu en haleine jusqu'au dernier tour et nous avons chanté la marseillaise, debout, dans les stands où les Malaisiens nous regardaient mi amusés, mi médusés...
Que dire pour le G.P. qui a été des plus incroyables et à la fois consternant... Tous les avis ont été donnés, toute la course a été vue, revue et re revue, accident de course à la ZIDANNE et puis voilà. Quel dommage que je ne puisse être à Valence pour la der...
Voilà, je m'arrête là pour aujourd'hui. Le problème des commentaires n'étant toujours pas réglé, n'hésitez pas à venir papoter avec nous par le biais des mails afin que l'on reste en contact.
Très gros bisoussssssssssss à tousssssssssssssssssss et à très bientôt.
Les Guiguittes

Voir les photos : Malaisie - Sepang ]

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 1 réponses

Week-end pluvieux

Le 18/10/15, 8:36

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kota kinabalu ]
Voir les photos : Malaisie - Kota Kinabalu ]

Ce week-end nous avons droit à des pluies diluviennes (la photo est prise de notre balcon ; le ciel est tellement bouché que l'on ne discerne pas la mer du ciel et les bâtiments d'en face). Depuis que l'on est arrivé, il n'y avait eu que quelques averses très courtes et plutôt rares, mais depuis hier, c'est le déluge. Bon heureusement l'appart. est étanche.
Du coup, pas de balade aujourd'hui, cocooning à la maison en regardant le G.P. d'Australie.
Je profite aussi de cette tranquillité forcée pour vous donner quelques news.
Philippe travaille depuis une semaine, petite semaine en réalité car il y avait un jour férié mercredi, ce qui a fait une petite coupure. On en a profité pour aller trainer aux alentours et découvrir l'arrière pays. La première impression c'est la pollution par les sacs plastique. Incroyable cette nuisance présente même dans les coins les plus reculés. Quel dommage de laisser ce magnifique environnement se défigurer. Il va vraiment falloir que le pays se ressaisisse s'il ne veut pas atteindre le point de non retour. Il faut dire qu'ici le sachet est roi, quoique tu achètes, il y a le petit sac qui va avec... Nous avons donc acheté un sac réutilisable (les mêmes que chez nous mais très difficiles à dénicher tellement ce n'est pas dans les moeurs)et je fais mais petites courses et mon marché avec. Sauf que évidemment, même en présentant immédiatement mon sac, tout le monde prend mes articles, et me les emballe dans leurs petits sacs pour les mettre dans mon grand sac... Donc je redonne mes petits sachets. Gros travail en perspective si l'on veut changer les mentalités.
Ce qui fait qu'aucune plage publique ou sauvage n'est trouvable. On ne peut accéder à une plage propre que si l'on va dans celles entretenues par les resorts ou hôtels...
Autrement, je commence à connaître un peu la ville, les nombreux petits marchés et les points stratégiques pour trouver l'utile et l'agréable.

Apparemment j'ai un souci pour lire vos commentaires donc je ne sais pas si vous nous suivez sur ce blog... ou pas... !
Je vais voir si je peux remédier à cet état, en attendant, n'hésitez pas à me mettre un petit mail, là, je n'ai aucun souci pour vous lire.
Big bizzzzzzzzzzz à tous.

Voir les photos : Malaisie - Kota Kinabalu ]

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 1 réponses

EnfIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNNNN connectés !!!!!!

Le 15/10/15, 8:28

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kota kinabalu ]
Voir les photos : Malaisie - Kota Kinabalu ]

[  Aux anges ]

[ Je regarde En ce moment : Je regarde  ]

Ce matin, la Fée Internet s'est penchée sur mon modem et m'a fait don de la divine connexion ! Quel bonheur, quelle merveille, y'a pas à dire, la technologie, ça a du bon !
Bon, par quel bout commencer ?
Je vous passe le voyage chargé de ces inhérentes péripéties : petit surplus de bagages à 1 200 € la facture, 4 heures d'attente supplémentaires pour cause d'intempéries après plus de 2 heures de queue pour avoir nos cartes d'embarquement, perte de mon vieux téléphone, bref, passons, nous voici arrivés à bon port !
Nous avons emménagé dans notre nouvel appart au bout de 2 jours et avons passé la semaine à acheté la "base" d'une nouvelle vie.
Nous avons récupéré nos véhicules depuis la semaine dernière ; moi une petite voiture pas trop neuve qui me convient très bien et Guiguitte un gros 4x4 TOYOTA Lixus flambant neuf avec les plastiques encore dedans.
J'ai fait quelques tours de parking pour m'habituer à la boite automatique et me suis lancée dans la conduite à gauche. Tout va bien pour le moment, pourvu que ça dure !
Guiguitte a pris son nouveau job depuis lundi, c'est encore un peu compliqué car il n'a pas son badge d'accès, mais comme on est en Malaisie, il faut adopter la philosophie nationale qui est "y'a rien qui presse !"
Bon voilà les premières news depuis 15 jours. Je vous joins quelques photos et vous embrasse tous très fort !

Voir les photos : Malaisie - Kota Kinabalu ]

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 2 réponses

Faux départ (les copains du théâtre vont apprécier !)

Le 01/10/15, 20:58

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kota kinabalu ]
Voir les photos : Malaisie - Kota Kinabalu ]

Coucou tout le monde !

Nous étions dans les starting blok, nous étions (presque) prêts, quand vers 16h la nouvelle est tombée, notre départ a été reporté au 2 octobre.
Nous en avons donc profité pour fignoler nos bagages et apprécier de notre soirée d'au-revoir avec nos amis Néoulais.
Gros bisoussssssss à tous et à très bientôt sous d'autres cieux !

Voir les photos : Malaisie - Kota Kinabalu ]

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 0 réponses

Départ

Le 01/10/15, 13:10

111.6228582867.5920584

[ Situer sur la carte : Malaisie - Kota kinabalu ]
Voir les photos : Malaisie - Kota Kinabalu ]

Départ imminent!!!!

Voir les photos : Malaisie - Kota Kinabalu ]

Posté par pgil2290 | Poster un commentaire | 2 réponses