etcetera
Enroutes.com -> Blogs -> etcetera
Agrandir la carte

Il etait une fois... Une belle histoire

Le 01/09/11, 16:37

-55.4422937375-15.8486281625

[ Situer sur la carte : France - Paris ]
Voir les photos : France - Paris ]

Antonio Machado

Caminante, son tus heullas el camino
y nada mas
Caminante, no hay camino
Se hace camino al andar
Al andar se hace camino

Y al volver la vista atrás
se ve la senda que nunca
se ha de volver a pisar.
Caminante, no hay camino,
Sino estelas en la mar.


Voyageur, tes empreintes sont le chemin
et rien d´autre
Voyageur, il n´y a pas de chemin,
on fait le chemin en marchant,
en marchant on fait le chemin

Et lorsqu´on regarde en arriere
On voit le sentier que plus jamais
on ne refoulera.
Voyageur, il n´y pas de chemin,
seulement un sillage dans la mer…




Mon voyage s´acheve et « j´avoue que j´ai vecu » Wink une tres belle histoire. Ce blog m´aura permis de vous la raconter pour la partager et vous la faire vivre aussi pleinement que possible. D´ailleurs, la morale de cette histoire, ce « vivre pleinement et partager », m´influencera inevitablement pour la suite… Un enorme merci a vous tous, pour m´avoir suivi et encourage dans cette aventure, rien ne m´a fait plus chaud au coeur que de vous sentir a mes cotes.

Voila, c´est donc la fin de ce voyage, une page se tourne, mais la vie continue… Et ca, c´est déjà une autre histoire… je compte d´ailleurs forcement sur vous pour m´aider a l´ecrire car je la souhaite toute aussi belle et magique… Il était une fois donc… Etcetera


Voir les photos : France - Paris ]

Posté par etcetera | Poster un commentaire | 7 réponses

Le retour... deja!

Le 01/09/11, 12:50

-55.4422937375-15.8486281625

[ Situer sur la carte : France - Paris ]
Voir les photos : France - Paris ]

Je viens de rentrer sur Paris heureux des retrouvailles qui s´annoncent, mais completement creve (entre le bus, l´avion et le retour sur Paris, je viens d´enchainer 3 nuits quasiment blanches…).Du coup, pas trop la tete a resumer par ecrit ma derniere semaine, tres chouette d´ailleurs, a l´image de mes 7 mois de voyage. Je vous raconterai tout ca de vive voix et vous poste simplement quelques photos.











En revanche, je vous encourage a surfer sur le blog de Milou, une amie (tres chouette) que j´ai retrouve a Mancora pour mes derniers jours et qui debute veritablement son periple pour 2 mois la-bas.





Donc pour tous ceux qui veulent decouvrir ma derniere semaine et continuer de rever et voyager avec Milou, voici l´adresse :


http://www.enroutes.com/5064-blog-de-milou-perou-mancora-changement-de-decor.html

Il me tarde de tous vous retrouver (apres 7 mois de voyage, je reve de petites bouffes sympas)!

Je vous embrasse

Voir les photos : France - Paris ]

Posté par etcetera | Poster un commentaire | 3 réponses

Des volcans a l´Amazonie: vivre pleinement et partager...

Le 20/08/11, 16:24

-55.4422937375-15.8486281625

[ Situer sur la carte : Equateur - Puerto lopez ]
Voir les photos : Equateur - Puerto Lopez ]

Salut a tous ! Depuis quelques temps, il est devenu difficile de trouver internet. L´Equateur n´est pourtant pas le pays le moins developpe que j´aie visite, mais le fait de sejourner en foret amazonienne ou dans une maison perdue sur la cote pacifique complexifie un peu tout ca...



QUITO :
Avec Lisou et Celine, on était donc remonte sur Quito pour rejoindre nos parents a l´aeroport et passer un peu plus de 15j tous ensemble en Equateur. Comme a Lima, les retrouvailles ont été agrementees de quelques produits bien de chez nous…




On s´installe tous les 5 chez Elena, une adorable equatorienne qui tient une guesthouse au nord de Quito. Paco, son mari, est un artiste passionne (d´ailleurs assez celebre en Equateur) qui nous fera visiter son atelier et nous parlera en details de son œuvre et de ses influences. On decouvrira la ville ; et sur les excellents conseils de Dario, leur fils, on montera au sommet de la Cathedrale (qu´on ne pensait pas forcement faire) pour jouir d´une vue splendide sur Quito. La montee restera d´ailleurs un grand moment car elle était assez aerienne et pas toujours bien securisee… Quelques frayeurs et de beaux fous rires au final !!
Comme j´ai beaucoup d´autres choses a vous raconter dans ce message, je vous zappe les parties endiablees de ping pong et les crevettes succulentes chez Elena ou la feinte du Sioux dans un restaurant pour enchainer directement sur Latacunga…



LATACUNGA et QUILOTOA



Direction donc Latacunga, point de depart ideal pour decouvrir la lagune de Quilotoa et le Cotopaxi, le celebre volcan qui a donne son nom au parc naturel de la region. On mangera dans des restaurants/glaciers pantagrueliques, on se fera enferme sur le toit de notre hotel a force d´ admirer la vue sur le Cotopaxi (cf photo) et on ira randonner a Quilotoa.



Balade tres sympa dans le cratere d´un volcan pour y admirer la celebre lagune de Quilotoa, un incontournable en Amerique du Sud. A 4000m, les difficultes liees a l´altitude (manque d´oxygene, maux de tete, etc…) se feront sentir chez les deux nouveaux arrives mais ne gacheront pas la journee tant les paysages rencontres etaient magnifiques !


BANOS :
Nous ferons ensuite une etape a Banos, une ville celebre pour ces thermes. Apres une premiere tentative infructueuse (les trois bains etaient surpeuples : les equatoriens y viennent en grand nombre a tout moment de la journee), on decide d´y retourner tres tot le lendemain matin. Tres sympa de se tremper dans des bains aux proprietes et aux temperatures differentes (de 20º a 43º…) et ideal avant la grosse journee de velo qui nous attendait...



Tout le monde m´avait en effet conseille de descendre les 65kms vers Puyo et la foret amazonienne en VTT. La route est effectivement magnifique car elle croise des dizaines de cascade. On en prendra plein les yeux (avec des paysages a la vegetation quasi tropicale), plein le nez (beaucoup de camions) et plein les oreilles (la cascade del diablo, au debit impressionnant, fait un vacarme assourdissant… on apprendra d´ailleurs qu´un francais avait peri la veille a cet endroit precis, emporte par le courant !).





Le long de la route, on croisera un petit bar au jus de canne revigorant et un lieu pour faire de la Canopy, sorte de tyrolienne entre deux montagnes, qui se fait allonge pour mieux voir les 100m de vide sous le filin… Belle experience et initiation ideal avant un prochain saut en chute libre pour certaines Wink

LA FORET AMAZONIENNE :



Pour decouvrir la foret amazonienne, nous avions prefere vivre une experience enrichissante au contact d´une tribu indienne plutôt que de dormir dans un lodge pour suivre la journee un guide touristique a la decouverte d´animaux… Et nous ne l´avons pas regrette !!! Nous verrons quand meme un sanglier de la jungle apprivoise, un caiman (cf photo), des centaines d´insectes (fourmis geantes, rouges, jaunes ou au gout de citron… miam, on est prêt pour Koh Lantah !), un serpent… et meme un scorpion un peu plus tard !!



Apres avoir passe une nuit a Puyo, nous avons donc retrouver Carlos, le chef d´une communaute qui vit au cœur de la foret amazonienne. Il nous a conduit dans son petit village (54 habitants) compose de Quechuas et de Shuars (ni plus ni moins que les anciens Jivaros « coupeurs de tete »…). Experience inoubliable !!!



On a decouvert une manière de vivre completement differente de la notre, une sorte de petite utopie perdue au milieu de la selva ! Malheureusement, comme trop souvent, ils sont actuellement menaces de disparaitre car leur mode de vie sain et respectueux de la nature est juge « improductif » par certains grands groupes industriels qui veulent s´approprier leurs terres…



Ils vivent en autarcie quasi complete (l´instituteur ne vient qu´une fois par semaine pour faire cours au nombreux enfants…), et se nourissent « sur la ferme », en allant pecher leur poisson, en cultivant ananas, bananes et manioc (entre autres…). Pas d´electricite (donc pas de tele ou d´ordinateur…), pas d´eau courante… Pour se laver, on va au rio qui passe juste a cote…




Chacun participe aux travaux communautaires (plantation, recolte, construction, peche) dans une bonne humeur permanente. On sent vraiment une simplicite et une joie de vivre communicative. On plantera donc tout naturellement les avocatiers, les cacaoiers ou le manioc avec eux (Celine qui deteste les bananes nous a plante une bananeraie sur trois hectares debroussailles par « El Papa »… Carlos aurait bien voulu les garder ces deux la !), on apprendra a faire de la chicha, a tirer a la sarbacane, a reperer les plantes medicinales. On partagera d´autres moments encore plus sympas comme des matchs de foot, des parties de cartes ou des danses rituelles en buvant de la Chicha (cf photo). Quelle claque recue et que de souvenirs en si peu de temps !!






Puerto Lopez :




Pour nous remettre de toutes nos emotions, nous avions decide de nous louer une casa a Puerto Lopez pour decouvrir le parc Machalila. Dommage que la meteo hivernale (nuage, nuage, nuage…) ne nous ait pas permis de profiter davantage de la magie du lieu… Qu´importe… Puerto Lopez etant un village de pecheurs, on se sera regale en allant au marche chaque jour et en cuisinant les fameuses crevettes equatoriennes a toutes les sauces ! On decouvrira egalement la fameuse Isla de la Plata avec sa faune si particuliere : Fous a pattes bleus, albatros, fregates…






On plongera egalement le long de l´ile pour decouvrir quelques jolis poissons tropicaux et trois enormes tortues venues jouer pres du bateau.



Mais le plus beau souvenir de Puerto Lopez restera inevitablement les baleines a bosse, qui viennent ici en periode de reproduction. Tres touristique mais a faire absolument car le spectacle est parfois grandiose quand on peut en croiser une! Et sur ce point, nous avons eu de la chance ! Nous etions en effet tous les 5 sur un bateau a esperer en apercevoir une au loin et la, a 15m de nous, on a vu surgir une enorme tete ! Ensuite, durant une heure, le pilote suivra (a distance raisonnable pour ne pas les perturber) le trajet des baleines. On les verra ainsi faire des sauts ahurissants ! IMPRESSIONNANT !

VIVRE PLEINEMENT ET PARTAGER….




Et oui, toutes les bonnes choses ont une fin ! Il me reste moins de deux semaines de voyage… Je m´en rends compte de plus en plus, surtout avec le depart de Celine et Lise (dans l´avion a l´heure ou j´ecris) qui ont vecu avec moi presque deux mois d´aventures. C´était genial de pouvoir vivre une partie de ce voyage en famille. Mais j´ai encore plein d´autres projets qui ne demandent qu´a etre partages… a bientôt donc !!
Des bises a tous !!

Voir les photos : Equateur - Puerto Lopez ]

Posté par etcetera | Poster un commentaire | 8 réponses

Dix mille!!!

Le 05/08/11, 2:06

-55.4422937375-15.8486281625

[ Situer sur la carte : Perou - Huanchaco ]
Voir les photos : Perou - Huanchaco ]




Salut a tous … et merci pour votre attention, le site vient en effet de passer la barre des 10000 visites !! Incroyable, la frequentation du site oscille toujours entre 50 a 70 visites par jour. Cela fait forcement enormement plaisir de se sentir suivi et de voir que vous ne m´avez pas oublie apres 6 mois de voyage Wink . D´ailleurs je compte un peu sur vous dans un mois pour prolonger la magie de l´aventure, car le retour dans la grisaille parisienne va s´annoncer difficile apres 7 mois d´experiences si intenses !!!




On vient de passer la frontiere equatorienne et on a pose nos sacs pour deux jours a Cuenca, charmante petite ville, classee au patrimoine mondial de l´Unesco. On est déjà tombe sous le charme du pays et de ses habitants tres accueillants ! D´ailleurs le mois qui reste s´annonce magnifique. Visite de Quito (ou nous retrouverons nos parents pour 15j), randonnee dans les volcans de la cordilliere des Andes, decouverte de la foret amazonienne et d´une tribu indienne, VTT, plage, observation des baleines, et surf pour ma derniere semaine tout seul (ou pas, si Milou reussit a me rejoindre a Montanita)…

HUANCHACO :



Apres Huaraz et le trek dans la cordilliere blanche, nous avons donc pris la route du soleil et des plages peruviennes. Huanchaco, tout proche de Trujillo, constituait une etape incontournable car elle permettait d´alterner plage (et surf pour moi…) et visite culturelle. Nous avons en effet decouvert la civilisation Chimu (anterieure a l´empire Inca) et la ville de Chan Chan (« soleil soleil » en langue moche, classee au patrimoine mondial de l´Unesco). Comme beaucoup d´autres tribus d´Amerique du Sud, elle fut conquise par les Incas au 15e siecle.



LOBITOS :
Direction ensuite Lobitos (avec une petite etape a Mancora) pour retrouver les belles plages propices au surf et la famille rencontree lors de mon precedent passage. Pour ces retrouvailles, ils auront vraiment mis les petits plats dans les grands. On aura le droit a une visite de spots secrets et a de nouveaux plats encore meilleurs que la mythique Parihuela de Langoustes de la premiere fois.



Avec Karina et Luis, on a donc chemine en mototaxi (conduit par un gamin de 15 ans, Lise et Celine ne tremblent plus… ca y est, avec le rite initiatique de la tourista, ce sont desormais de vraies routardes !!) puis a pied dans des paysages splendides. Dunes, deserts, grottes et plages secretes. Des sculptures naturelles aux formes variees, et une faune tres riche. On aura meme la chance de tomber sur un bebe loup de mer qui venait de naitre.







Mes petites sœurs decouvrent egalement l´excellente cuisine de Margarita et l´ambiance qui regne dans cette famille ! On trinque avec eux pour la fete nationale du Perou, on savoure des brochettes de poisson (super frais, un regal !!!) en sauce de Maracuja, on surveille meme l´education des enfants. Apres les cours d´anglais que j´avais donne a Karina, les enfants me montrent meme touts fiers leurs releves de notes. C´est interessant de comparer les deux systemes. Au Perou, par exemple, l´education religieuse est obligatoire (dans le petit village de Lobitos, 400 ames, Jorge le papa me dira qu´il y a d´ailleurs 4 eglises evangeliques). Les eleves ont egalement des cours d´education sexuelle ou d´initiation au travail… Toujours aussi enrichissant de pouvoir partager ces moments la avec des gens si gentils et de decouvrir une autre culture. Les adieux (definitifs, cette fois ci) seront assez difficiles, d´autant qu´il va etre complique de garder le contact. Je voulais prendre leur adresse pour leur envoyer les photos de notre sejour avec eux, mais a Lobitos, il n´y a pas de facteurs… Du coup, ils ont appele leurs amis pour savoir qui avaient internet… Me voici donc avec l´adresse mail du medecin de famille (qui habite a Talara, a 20kms d´ici…)... Surrealiste !!







Les filles ont egalement decouvert le squatt de surfeurs… Des souvenirs assez originaux pour nous trois… d´ailleurs l´odeur des crepes de Celine dans ce lieu un peu delabre aura fait quelques jaloux chez nos voisins surfeurs !




MANCORA :



On enchaine ensuite avec Mancora ou nous trouverons un petit hotel tres sympa. Rien de bien exceptionnel, avec au programme : plages, lectures, et pleins de bons moments partages entre frangins. Ce voyage risque de laisser de beaux souvenirs a tout le monde, surtout que ce qui nous attend s´annonce encore plus allechant…



A bientôt !!

Voir les photos : Perou - Huanchaco ]

Posté par etcetera | Poster un commentaire | 10 réponses

Lima et Huaraz... La suite du voyage en famille!

Le 22/07/11, 18:13

-55.4422937375-15.8486281625

[ Situer sur la carte : Perou - Huanchaco ]
Voir les photos : Perou - Huanchaco ]

Salut a tous !
Ca y est, mes deux petites sœurs m´ont retrouve et vont donc m´accompagner sur la suite de mon periple. Je suis alle les accueillir a Lima et heureusement… car elles etaient plutôt chargees… J´ai en effet eu droit a un ravitaillement « made in France » avec fromages (le kilo de comte n´a pas fait long feu…), saucisson, chocolat, twinuts et autres cochonneries delicieuses… Le passage de douane a d´ailleurs été complique pour Lisou avec, dixit les douaniers, « toute cette masse organique » Wink .


Dans leurs bagages, il y avait egalement deux nouveaux bouquins, l´un de Gabriel Garcia Marquez (J´en ai déjà lu plusieurs, mais bizarrement je n´avais encore pas trouve son chef d´œuvre « Cent ans de solitude »), l´autre d´Isabel Allende (que je vais decouvrir). Depuis le debut de mon periple, j´essaie en effet de lire au maximum des auteurs d´amerique latine : Neruda, Fuentes, Quiroga, Sepulveda, Elsa Osorio, Galleano, etc… Je suis d´ailleurs devenu fan des œuvres du recent prix nobel peruvien, Mario Vargas Llosa, juste splendides !!
Pour bien digerer le decalage, nous resterons quelques jours a Lima avant de partir sur Huaraz decouvrir la cordilliere blanche, cette fameuse chaine de montagnes que beaucoup considerent comme la plus belle au monde…



LES PREMIERES DECOUVERTES :
Apres presque 6 mois en Amerique du Sud, je commence a prendre certaines habitudes locales et il était assez amusant de voir leurs premieres reactions sur des choses qui me semblent desormais « normales ».
Les transports par exemple… Apres l´aeroport, pour rentrer a notre hotel, nous avons pris un taxi officiel (sans doute le moyen le plus sur au Perou, au niveau de la conduite et pour eviter les kidnappings…). Habitue a la conduite « Mad Max » depuis 6 mois, j´etais assez zen et j´ai bien rigole en voyant leurs reactions. Mais on s´y fait vite, et apres une semaine, les trajets dans les transports les plus improblables (sur la photo, on est les trois dans une petite mototaxi) se font desormais en toute serenite !



La decouverte des marches etait egalement assez epique… Entre les odeurs, les mouches et des visions pas forcement tres ragoutantes, les balades dans les marches peruviens n´etaient pas toujours une partie de plaisir… J´ai quand meme reussi a trouver quelques photos ou Celine n´est pas en train de faire une grimace de degout Wink




Du coup, pour deguster les specialites locales, apres avoir vu les conditions d´hygiene sur ces marches, il leur en a fallu du courage ! On a donc decouvert les anticuchos (photo ci-dessous, des brochettes de cœur de bœuf, dans un restau bien sympa a Barranco, quartier chic de Lima), l´Aji de Gallina, le Chicharone de Calmar, des bifteks d´Alpaca, le cuy (ces especes d´hamster que vous pouvez voir sur la photo du haut…), etc…




Pour l´instant, leurs estomacs gerent plutôt pas mal. Mais on n´est pas encore alle dans les petits « bouibouis » encore plus typiques…

HUARAZ et LA CORDILLIERE BLANCHE (en photo, l´Alpamayo, la montagne qui figure sur le logo de la Paramount)



Apres avoir pris un bus de nuit, nous nous nous retrouvons donc a Huaraz, a plus de 3000m. Pour bien nous acclimater a l´altitude, nous passerons deux jours tranquilles avant de nous lancer dans le fameux trek de Santa Cruz. Au programme : petite balade au mirador de Rataquena, bains dans les « thermes » de Monterrey et overdose de coca (en infusion ou en bonbons). On repere egalement le restau de notre « apres trek ». Car je dois avouer que je suis assez gourmand et que la « bouffe » est une motivation essentielle dans ce genre d´aventure (5 ans apres, je me rappelle encore de la tarte au Fiadone au milieu du GR 20 en Corse…).



Pour cette randonnee de 4j, nous passerons par une agence car visiblement, le parcours n´est pas tres bien indique. Nous aurons donc un guide, un muletier et un cuisinier. Royal !!! Nous serons accompagnes par 8 autres touristes (5 israeliens, un couple d´americains tres sympa et un photographe professionnel neozelandais qui a une vie assez chouette, en voyage toute l´annee…). Malheureusement, alors que nous sommes theoriquement dans la saison seche, nous aurons a randonner sous la pluie parfois et les nuages nous gacheront une partie des paysages qui s´annonceaient splendides.







Mlagre tout, c´était vraiment sympa de randonner avec mes deux petites sœurs. Elles m´auront d´ailleurs vraiment bluffe !!! Elles etaient toujours dans les pas du guide alors que certains trainaient la patte derriere (on est quand meme monte a 4750m et l´altitude s´est vraiment fait sentir sur les passages les plus hauts). Des vraies jurassiennes (comme dirait une grand-tante de la-bas : « y a eu un bon croisement »…) !!



Celine aurait meme été partante pour enchainer avec le trek de Huayhuash (10j, le deuxieme trek le plus beau au monde d´apres les specialistes), mais les deux blondinets ont des envies de plage et de surf…




Du coup, en route pour le nord !!!
Bises a tous… la famille (avec des gros bisous a la tata Marie qui nous suit et nous « protege » Wink ), les amis des trois « vuillemenots » (n´hesitez pas a laisser vos commentaires, elles seront contentes de vous lire !), les collegues et tous les routards rencontres !


Et toujours plus de photos dans la galerie Huaraz…

Voir les photos : Perou - Huanchaco ]

Posté par etcetera | Poster un commentaire | 14 réponses

Du catch, du surf et des fantomes...

Le 09/07/11, 16:15

-55.4422937375-15.8486281625

[ Situer sur la carte : Perou - Lobitos ]
Voir les photos : Perou - Lobitos ]

Salut les p´tits loups… Je suis en ce moment a Lobitos (« petits loups » justement en espagnol), le spot de surf du Perou ! Grandiose, trois belles plages, un squatt de surfeurs, une athmosphere surrealiste et de jolies rencontres au programme !



Apres Chicama et sa gauche mythique, je suis donc remonte plus au nord pour trouver le soleil et une mer plus chaude. J´ai tente Pimentel mais les vagues n´etaient pas au rendez vous. J´ai donc enchaine directement sur Mancora, le spot de surf le plus connu au Perou…


MANCORA :
La plage y est tres jolie, les vagues sont plutôt pas mal et bizarrement, malgre les centaines de touristes qui defilent dans les rues, nous ne serons pas nombreux a l´eau. Tant mieux !!! Mancora est en fait surtout repute pour ses soirees tres tres animees. C´est d´ailleurs un peu le Sodome et Gomorrhe peruvien. Donc peu de rencontres vraiment interessantes ici, c´est tres superficiel, des touristes au look de surfeurs blingbling qu´on ne croise finalement jamais sur les vagues.
Quelques belles sessions cependant… et quelques belles frayeurs egalement puisque les vagues cassent sur un fond rocheux… Mais au final, rien de bien mechant : quelques petites coupures au pied et un coup de soleil sur le nez (une tradition chez moi… Cesario confirmera…). En discutant avec un surfeur local, il me conseille de redescendre sur Lobitos, a une centaine de kilometres au sud car cet endroit est mieux oriente pour recevoir la houle d´hiver. Je m´execute donc en prenant au passage les traditionnelles mototaxis (ici, s´il y a plus de 500m a faire a pied, les gens utilisent ces mototaxis) pour rejoindre mon bus.





LOBITOS :



J´arrive donc a Lobitos et c´est une vraie surprise. Ce village ne figure dans aucun guide, il est seulement reference sur Wannasurf, un site internet qui liste tous les spots de surf dans le monde. J´ai l´impression d´atterrir dans un decor de film. Le village est desert, les maisons sont abandonnees. En faisant le tour du village, je decouvre des puits de petrole, un camp militaire desaffecte, des vautours et trois plages magnifiques. Je croise enfin quelqu´un, un surfeur, qui me conseille un endroit pour dormir. Je passerai donc une nuit chez Nachos, un surfeur local tres sympa, avant de filer au SurfCamp, un squatt de surfeur enorme !!!





Je rencontre donc Johnny et Peluchi qui gerent ce squatt, et des surfeurs du monde entier. Beaucoup ne font que ca, ils ecument les 4 coin du globe avec leurs photographes pour shooter de belles vagues et les vendre aux differents magazines de surf. Le niveau a l´eau est donc vraiment excellent (je rencontre Fernando et Gino, bien sympas, dans le top 10 au ranking peruvien !!) et l´ambiance dans le squatt completement differente de celle de Mancora. Ce sont des extremistes !! Vegetariens, bouddhistes… tout le monde est couche a 22h pour se lever a 5h du matin et surfer les meilleurs vagues (le vent se leve vers 9h). Mais l´athmosphere qui regne dans ce squatt est grandiose.



Il s´agit en fait d´un gigantesque hangar abandonne que Johnny a renove (sommairement). Les tentes que vous voyez sont en fait nos chambres (3 euros la nuit…). Peluchi est le cuisinier (1,5 euro le repas…). Donc pour moins de 8 euros, on a ici une pension complete avec une vue magnifique (la photo du coucher de soleil a été prise de ma tente…) et des vagues superbes !! Que demander de plus… Certains sont la depuis plus d´un mois !! Certes, il manque quand meme la douche chaude… Mais apres les douches « Alexandrie Alexandra » (pas de ballon d´eau chaude… l´eau est chauffe directement avec l´electricite… ) qui ne m´ont jamais completement rassure, je suis tout content de me rincer avec un simple jet d´eau !



LE SURF :
Trois plages differentes et trois vagues completement differentes. Je commence a surfer Los Muelles, la plage qui est juste en face du squatt. Je n´ai jamais surfe une vague si rapide. Apres le Take off, tu te fais propulser 300m plus loin sans pouvoir faire grand-chose, sinon suivre la vague. Supers sensations de vitesse, mais difficile de progresser. D´ailleurs la plupart des surfeurs preferent les deux autres plages ou les vagues sont plus ludiques.



La plage de Lobitos offre une longue gauche plutôt sympa. Mais je suis tombe amoureux de la derniere : Piscinas. Le cadre est magnifique : petite plage de sable blanc, bordee par une falaise et une piscine naturelle !! Grandiose !!! La vague y est beaucoup moins rapide qu´a Los Muelles, mais elle tube sur 10m et elle est beaucoup plus grosse. 1m50-2m en general (sur les photos, un petit 2m) avec une montee de houle a 3m un jour… D´ailleurs meme petite mesaventure qu´en Bretagne l´an dernier (en fin de vague, retour de planche non maitrise…), sans gravite cette fois ci… Mais encore une fois « Heureusement que j´avais mon nez, sinon je l´aurais pris en pleine tete… »





Voila, je me suis gave de vagues (uniquement des gauches), j´ai plutôt bien progresse et je commence meme a tenter le tube… Pour l´instant, sans succes… Mais ca chauffe !!

LES SOIREES :
Comme les soirees au surf Camp sont plutôt tres calmes, je decide de decouvrir le village. A la frontale bien evidemment (un peu fliippant dans ce village desert), avec un ciel d´une purete exceptionnelle… Je decouvre une Cevicheria, perdue au milieu de nulle part, avec une famille tres accueillante.



Je decide d´y manger tous les soirs (Jorge, le mari, est pecheur… le poisson servi est donc super frais !!). Je serai le seul touriste et je serai dorlote par Margarita : chaque soir, elle me fera decouvrir un nouveau plat : saltado de pescado, Parihuela, Ceviche bien sur (mais tellement meilleur que tous ceux des restaurants !!). Voila, je vivrai au rythme de la famille pendant 8j. Je ferai les devoirs avec Carina, initierai Luis a Bob Dylan et Radiohead, traduirai les emissions de catch a Pepe et trinquerai plus que de raison pour l´anniversaire de Jorge… et la dessus, les peruviens ne font pas les choses a moitie (d´ailleurs, le lendemain, je ne verrai pas Margarita, c´est Carina qui me fera la cuisine…) ! Voila, je risque surement de repasser par la, avec mes deux petites sœurs qui arrivent lundi a Lima!



Mais vous decouvrirez tout ca lors du prochain message. Bises a tous ! Bonnes vacances et bon surf pour certains !!

Voir les photos : Perou - Lobitos ]

Posté par etcetera | Poster un commentaire | 8 réponses

Sea, surf and sun...

Le 27/06/11, 2:29

-55.4422937375-15.8486281625

[ Situer sur la carte : Perou - Puerto chicama ]

Hola ! ou plutôt Olas ! Eh oui, des vagues, des vagues et des vagues au programme… Je suis desormais sur la cote pacifique a la recherche d´un spot ideal pour profiter, avant l´arrivee du renfort (mes deux petites sœurs…) dans deux semaines.



LIMA :
Je commence par Lima, capitale du pays et gigantesque ville de 8 millions d´habitants. Je m´installe dans le quartier de Miraflores, le plus proche des plages. Lima est l´une des villes les plus dangereuses en Amerique du Sud, que beaucoup de routards zappent pour eviter les problemes. A Miraflores, quartier bourgeois, la vie semble cependant vraiment paisible malgre la presence de policiers/miliciens a chaque coin de rue… En plus, je peux assouvir toutes mes envies refoulees depuis quelques temps, notamment pour la cuisine. On trouve tout ici : fromage, chocolat, legumes (oui oui, meme des legumes !!!). Je retrouve egalement mes petites habitudes parisiennes (cine par exemple). Alors c´est vrai, meme si j´adore les moments passees dans les coins perdus de Patagonie ou de Bolivie, la vie dans une grande ville a quand meme du bon !!



Je retrouve Diana et Jorge (merci Dom et Patrick, ils sont vraiment adorables !! tres bonne soiree !) qui me font decouvrir la ville et les specialites du pays. Suffisamment convaincants, ils me feront meme decouvrir l´anticuchos, une brochette de cœur de bœuf, specialite locale… Pas mal finalement : je ne suis pas du tout abats mais le gout est masque par la cuisson a la parilla ! Pour le Cuy (imaginer un hamster entier dans une assiette…), autre specialite du pays, j´attends le renfort…

Je me loue egalement une planche de surf et profite bien des jolies vagues du pacifique. De belles lignes bien rangees, pas trop de vent, une ambiance sympa a l´eau (si on respecte les priorites… j´ai quand meme vu un debut de bagarre…). D´ailleurs, je me fais vite des « potes » de surf, et ils m´offrent meme le Tshirt de leur Team… tres cools !!



Apres 4 mois de disette, je me fais de longues sessions, retrouve petit a petit mon (petit) niveau, et me fais une tendinite a l´avant-bras… Du coup, je decide de monter plus au nord et profiter du trajet pour me reposer un peu. Eh oui, le surf a l´image d´un sport tranquille mais c´est sans doute l´un des plus eprouvants physiquement.


Huanchaco
Village de pecheurs et de surfeurs, il se trouve a 10 kms de Trujillo, ville importante dans l´histoire du pays. Malheureusement, ici aussi, on est baigne dans le brouillard toute la matinee. Je pensais que cette particularite meteorologique était specifique a Lima… il faudra donc que je remonte encore plus au nord pour trouver vraiment le soleil ! Pas de surf ici, la mer est demontee, et a d´ailleurs explose les digues de fortunes, faisant d´important degats dans la ville.





Quelques surfeurs sont a l´affut des possibles Tsunamis au 4 coins du monde pour etre le premier homme a surfer une vague de plus de 30m… je vous avoue humblement que je n´en suis pas la ! Du coup, je laisse reposer ma tendinite mais ne peux devorer les excellents ceviches, autre specialite du pays, car les pecheurs ne peuvent pas prendre la mer. Cette specialite la, je l´adore : poisson tres frais marine dans du jus de citron. C´est sain et tres bon ! Sur la photo, vous pouvez voir egalement leur Inka Cola, qui depasse d´ailleurs les ventes de Coca cola dans le pays ; les peruviens en sont tres fiers (je ne suis pas fan… tres chimique !)




La mythique vague de Chicama :
On vient des 4 coins du monde pour la surfer. C´est tout simplement la vague la plus longue du monde. Quand les conditions sont reunies (et c´est le cas), on peut la surfer sur 2 kms !!!



J´ai fait quelques chouettes rencontres ici, grace notamment a mon Tshirt du Pukana Surf Club (Hola amigo, t´es du Pukana ?... ben, non, je connais un peu Javier et Carlos… et c´est parti comme ca. Visiblement ce sont deux mecs bien connus dans le milieu du surf parce qu´on est quand meme a 500kms de Lima !). Toutes les portes me sont ouvertes, j´en ai donc profite pour decouvrir le travail de Johnny, un shaper (celui qui fait les planches).




Resume de la session (surtout pour les potes de la TJG):
Je pars a la recherche d´un loueur de planche… pas simple, tout le monde vient avec son matos. Du coup, il n´y en a qu´un, au choix tres limite : mini malibu (planche assez lourde mais stable, 2m10 environ) ou shortboard (legere, 1m70). J´opte pour la petite car les vagues ont l´air assez grosses (2m environ).



Et c´est parti pour 2 kms de marche avant la mise a l´eau, qui se fait a la pointe (cf photo), entre les rochers et avec un courant assez violent. Les canards (passage sous la vague pour aller au large) se font sans probleme avec cette planche et je rejoins le peak (le meilleur endroit pour prendre la vague) tres facilement. Je salue les locaux déjà presents et j´attends mon tour… Finalement, je m´apercois que les vagues ont de la taille, mais qu´elle sont assez molles… Du coup, avec cette planche, le take off (depart dans la vague) est plutôt difficile avec ma surcharge ponderale bolivienne (merci le regime patate riz…) … je reussis quand meme a prendre quelques bouts de vagues, me laisse deriver, sors de l´eau et file changer de planche.



Et c´est reparti avec le mini malibu cette fois ci. Je me retape les 2 kms pour aller a la pointe (certains font le trajet en moto taxi… ils sont beaux les surfeurs ecolos…) et je me remets a l´eau. J´attends que la grosse serie (les vagues arrivent en general par serie…) passe et commence a ramer vers le large. Nouvelle serie, premier canard… et c´est le bouillon… j´ai completement rate mon canard (avec ce « paquebot », il faut vraiment envoyer pour reussir a passer sous ces grosses vagues!! Mon petit Ben, total respect !!) et me retrouve 10m derriere, dans le courant qui me tire dangereusement vers la pointe rocheuse. S´ensuit 20 min de galere, de rame pleine de conviction pour rejoindre finalement le peak completement rince ! Petit signe au locaux, on discute d´ailleurs un peu. Et la, LE sketch !!! 4 blondins peroxydes arrivent en bateau a moteur et se font deposer a notre endroit. Les locaux, qui ont visiblement l´habitude de voir defiler ce genre de gringos, rumine en silence… mais il ne faudrait pas qu´un des ricains grille une priorite car ca pourrait vite degenerer… Avec cette planche, j´aurai un peu plus de sensations au take off, mais je ne ferai pas les bons choix de vagues. Du coup, impossible de prendre la vague qui deroule sur les deux kms, je me contenterai de bouts de vague la aussi. Dommage !



Voila pour Chicama. Je decide de remonter vers le nord pour trouver le soleil, du bon matos et les belles plages de Mancora et Zorritos.

Ollanta president :



Lors du precedent article, j´avais fait allusion aux elections presidentielles ici. C´est Ollanta, le candidat de gauche qui a été elu. Je vous avais parle d´un ancien terroriste… finalement, les journaux (de droite) qui le depeignaient ainsi avant le scrutin (belle propagande… je suis tombe dans le panneau !) voit desormais en lui un reel espoir de changement (par peur de la censure, encore tres presente en Amerique du Sud)! Donc petite lecon : toujours verifier les sources et bien savoir qui tirent les ficelles… Au Perou comme en France d´ailleurs…

Voila, je suis donc a Mancora, je viens d´ailleurs de me faire une session matinale, avec un fish (meme modele que ma planche en France… cool) dans 1m50 glassy… J´ai teste beaucoup de sports mais il n´y a vraiment que le surf qui permette de telles sensations…Magique !



La suite dans le prochain message…
Des bises a tous !

Posté par etcetera | Poster un commentaire | 18 réponses

Cuzco, Arequipa... au pas de course!

Le 13/06/11, 7:21

-55.4422937375-15.8486281625

[ Situer sur la carte : Perou - Lima ]
Voir les photos : Perou - Lima ]

Aloha a tous… Je sais, ca ne sonne pas vraiment quechua, mais ca faisait 4 mois que je revais d´une plage et de quelques vagues, je ne vais donc pas bouder mon plaisir. Je suis en effet a Lima, capitale du Perou, bordee par l´ocean Pacifique et ses vagues sympathiques. J´ai voyage assez rapidement ces 10 derniers jours pour m´eloigner des sites trop touristiques (je sature… trop de monde, mentalite pas toujours tres interessante) et me rapprocher des chaudes plages de la cote pacifique.



Petit resume de cette derniere semaine bien speed :

EN BUS AVEC LES NARCOTRAFIQUANTS…
Comme vous pouvez le voir sur la photo, j´ai quelques cernes sous les yeux. J´ai en effet « optimise » les trajets en bus pour profiter au maximum de mes journees. Du coup, reveil frequent a 4 ou 5h du matin, ou trajet de nuit. Mais beaucoup de routards se font piquer leurs sacs durant la nuit, donc prudence ; d´ailleurs, les gens a la montee du bus previennent les touristes. J´ai donc elabore une petite strategie pour limiter les risques, et pour l´instant, je touche du bois, toujours aucun probleme !
Les trajets en bus sont toujours tres enrichissants, par les discussions qu´on peut avoir avec son voisin ou pour les scenes de vie auxquelles ils nous permettent d´assister. Un exemple : sur un trajet de nuit entre Puno et Cuzco, deux policiers font une « descente » et confisquent un sac plein de feuille de coca a une cholita (une « mama » peruvienne, grandes nattes, chapeau, plusieurs robes). Il est en effet interdit de posseder plus d´une poignee de feuilles de coca. Mais il est surprenant qu´elle n´aie pas été embarquee. Ce qui fait dire a ma voisine (une mamie adorable) que ces deux policiers etaient de faux policiers ou deux vrais, mais corrompus (qui vont donc garder la marchandise pour eux…). Du coup, la population peruvienne a tendance a se faire justice elle-meme : le lendemain, en lisant le journal local, je decouvre que dans une meme region, deux lynchages ont eu lieu la veille (un violeur d´une fille de 12 ans et un homme soupconne d´avoir vole un mouton…)

LA VALLEE SACREE :

Arrivee a Cuzco, ville magnifique mais point de depart pour le Machu Pichu et la vallee sacree des Incas, je me retrouve dans une maree de touristes.




C´est la premiere fois du voyage que je ressens une telle impression. Habituellement, je rencontre des touristes interesses et interessants, avec un reel respect pour la culture ou les populations locales. La, je ne reussirai pas a faire abstraction des rires, moqueries, remarques, reflexions et de la suffisance dont font preuve certains de mes congeneres. J´en ai honte, et ca me gachera d´ailleurs toute mes visites. Dommage ! Mais heureusement, toujours de superbes decouvertes des qu´on peut s´ecarter un peu des circuits « officiels ».






LE MACHU PICHU :



J´aurais aime vous relater ma journee au Machu Pichu avec davantage de ferveur, malheureusement, la aussi, trop de monde ! Je me suis pourtant leve a 3h du matin pour etre le plus tot possible sur le site et profiter ainsi du calme qui y regne au debut. Effectivement, c´est magique ! Jusqu´a 9h, peu de touristes, le silence, le lever de soleil sur ce site grandiose… Je ne vous parlerai pas du pic de frequentation ensuite pour ne pas casser le reve. Avec Mick (du lac Titicaca), on est egalement monte au Wayna Pichu (la montagne que vous pouvez voir en arriere plan sur la plupart des photos). Rando tres sympa !




Quelques petites precisions :
sur les photos, lorsque les pierres sont « cimentees », il s´agit d´habitations ou de lieux de vie quotidienne. En revanche, lorsque les pierres sont taillees et imbriquees les unes sur les autres sans mortier, cela marque l´entree d´un lieu sacre.

Si ce site est si bien conserve, c´est qu´il n´a jamais été decouvert par les espagnols. En effet, la plupart du temps, les conquistadors detruisaient les lieux de culte pour imposer la religion chretienne. De plus, les incas avaient déjà des connaissances approfondies dans de nombreux domaines (architecture et agriculture notamment) et la plupart de leurs constructions ont resiste aux differents seismes !



Il y a de nombreuses theories pour expliquer les differentes constructions des Incas. Bien souvent, il y a une reference au soleil. Une theorie interessante explique que les Incas entreprenaient ces travaux pharaoniques pour federer les peuples vaincus. Car il ne faut pas oublier que les Incas etaient egalement des « envahisseurs » et ont mis sous leur coupe de nombreuses tribus d´amerique du sud.




AREQUIPA ET LE CANON DE COLCA :
Un peu decu, je quitte donc rapidement Cuzco et fais route sur Arequipa, pour decouvrir le Canyon de Colca, que tout le monde m´avait conseille. Effectivement, les paysages sont magnifiques (le deuxieme Canyon le plus profond au monde, avec plus de 3000m de denivele) et je retrouve une ambiance beaucoup plus tranquille. Les randos sont superbes mais tres physiques (aucune portion plate…).






DECOUVRIR LE MONDE, LE VRAI…
Voila, lors de la preparation de mon voyage, j´avais deux ou trois incontournables dont ce fameux Machu Pichu. Mais finalement, plus que les grands sites touristiques et les belles cartes postales, ce sont surtout les imprevus, les rencontres, les decouvertes, les sourires echanges, qui font la richesse d´un voyage. D´ou le titre de ce blog, Etcetera…



A bientôt, bises a tous !

Voir les photos : Perou - Lima ]

Posté par etcetera | Poster un commentaire | 14 réponses

Le lac Titicaca

Le 05/06/11, 16:47

-55.4422937375-15.8486281625

[ Situer sur la carte : Perou - Titicaca ]
Voir les photos : Perou - Titicaca ]

Salut a tous !
Un article consacre au Lac Titicaca, lieu magique et d´une tranquillite rare.



J´avais donc quitte La Paz avec un bus pour Copacabana, ville bolivienne au bord de ce fameux lac Titicaca (plus haut lac navigable au monde… 3800m). Theoriquement, je ne devais mettre que 3h. Je mettrai au final 6h : probleme sur une porte qui ne se ferme pas, que le chauffeur reparera avec du scotch... Arrive a Copacabana, j´apprends que la frontiere avec le Perou vient de reouvrir (les populations locales s´opposent a l´implantation d´une grosse usine qui pourrait polluer le lac, cela faisait 15j que la frontiere était bloquee). Je decide de reprendre un bus immediatement, direction Puno, pour decouvrir le lac du cote Peruvien. Nouveau contre-temps : on partira avec 4h de retard. Voila, c´est aussi ca la Bolivie, un pays magnifique au fonctionnement encore un peu chaotique. Les boliviens sont d´une patience rare, qui frole le fatalisme. Au cours de ces 4h d´attente, j´en ai profite pour changer mes bouquins dans un « bookexchange », le principe est sympa : tu amenes un livre que tu as termine et tu repars avec un autre livre. Du coup, je me suis pris un recueil de poemes de Pablo Neruda en edition bilingue, livre parfait pour mon sejour sur les iles du lac Titicaca.




LES ILES DU LAC TITICACA :
Arrive a Puno a 22h, je decide de partir des le lendemain sur les iles du Lac Titicaca. Je m´inscris donc dans une agence (la seule ouverte a cette heure) pour un tour organise… le premier depuis le debut de mon periple.

Les Iles UROS :



Le lendemain, un bus vient chercher chacun des touristes a son hotel. L´operation prendra une heure, alors que le port n´est qu´a 15 minutes a pied… On embarque ensuite pour les iles flottantes d´UROS. Initialement, ces iles artificielles n´etaient que de petites barques, construites par les Uros pour echapper aux Incas. Petit a petit, les techniques se sont ameliorees et desormais ces iles artificielles ont une superficie tres importante (certaines font plus de 100m de long). Le principe est plutôt sympa : ils peuvent deplacer leurs iles, les separer, les rapprocher. On voit des enfants qui vont seuls, en bateau, a l´ecole (qui se trouve egalement sur une ile flottante). S´il y a une vraie vie en communaute sur chacune de ces iles, ils dependent cependant presqu´exclusivement du tourisme. Du coup, cela donne un peu le sentiment de visiter un parc d´attraction avec des figurants…




L´ile d´AMANTANI :



On part ensuite pour trois heures de bateau en direction de l´ile d´Amantani, ou l´on dormira chez l´habitant. Cette ile est decoupee en plusieurs communautes, qui vivent de la peche et de l´agriculture. L´argent du tourisme (vente d´artisanat et hebergement) sert a l´achat de materiel introuvable sur l´ile (panneaux solaires par exemple). Le contact avec la population est donc beaucoup plus authentique et on ne ressent plus le cote mercantile de la relation. Avec Mick, un allemand bien sympa, on est loge dans la famille de Lucia.



On mangera local (patates, patates et patates… la viande est reservee pour les grandes occasions : mariages et anniversaires) et on decouvrira une partie de la culture de l´ile. Le soir, les habitants ont organises une soiree dansante : ils nous habillent avec la tenue de l´ile (assez simple pour les hommes : poncho et bonnet, beaucoup plus complique pour les femmes : deux jupes, plusieurs epaisseurs de vetements et un chale qui ne fera que tomber durant les danses) et on part dans la salle commune pour danser ensemble, touristes et peruviens. Je deteste l´ambiance des boites francaises et il faut faire preuve d´une perseverance extreme pour m´y trainer Razz . Ici, c´est completement different : on danse tous ensemble, par petits groupes ou a deux une danse tres simple techniquement (on tourne et on agite les bras…) au rythme d´une musique jouee en live (flute de pan, charango, quena). Une fois la danse terminee, on va s´asseoir quelques minutes pour discuter. Il y a donc des echanges, ce qui nous permet de rompre rapidement la glace avec les habitants de l´ile. Bien sympa !




L´ile de TAQUILE :



Direction ensuite l´ile de Taquile et sa culture si particuliere (que j´avais decouverte grace a l´emission « j´irai dormir chez vous »). Ici, hommes, femmes, tout le monde tricote. Les bonnets de Taquile sont d´ailleurs reputes dans le monde entier (d´une technique parfaite : il faut en effet 2 mois pour finir un bonnet) et ont chacun une signification sociale. Par exemple, un bonnet rouge pour les hommes maries, un blanc pour les celibataires (pratiques, non ?), un multicolore pour les autorites.




Du coup, je decide d´abandonner mon groupe qui ne devait y passer que quelques heures pour me trouver une « famille d´accueil » et vivre au rythme de l´ile un peu plus longtemps. A 13h, tous les touristes embarquent donc pour rentrer sur Puno, je me retrouve donc seul touriste sur l´ile et la vie authentique reprend ces droits. Les enfants ne viennent plus monnayer une photo ou un bracelet tresse mais viennent spontanement discuter avec moi sans aucune arriere-pensee mercantile. Ma famille d´accueil sera d´une gentillesse extreme et je decouvrirai ici une petite utopie. La vie sur l´ile est en effet organisee en cooperative, qui fonctionne sans toutes les « bequilles » necessaires a une societe imparfaite : il n´y a par exemple aucun policier sur l´ile. Les relations entre les gens sont tres simples mais saines.


De plus, Taquile est d´une tranquillite impressionnante : aucune voiture, aucun chien. Je me baladerai sur cette ile magnifique dans un calme olympien. Quant aux spectacles du coucher de soleil et de la nuit etoilee (ciel tres pure, qu´aucune lumiere artificielle ne vient parasiter) sur Taquile, ils valent toutes les seances cinema…
Qu´il est bon de voyager hors des sentiers battus !






Voila pour le lac Titicaca. En ce moment, je suis a Cuzco, journee d´election au Perou. Et ca sent la poudre… Les peruviens ont en effet le choix au second tour de cette presidentielle entre deux extremes : Keiko Fujimori, la fille d´un ancien president aujourd´hui en prison, qui prone un ultra-liberalisme sans limite et un candidat, ancien terroriste.
Santiago Pedraglio, un journaliste peruvien, explique cette impasse par la politique menee par Alan Garcia, l´ancien president. Certes, le Perou a connu ces dernieres annees une croissance economique a deux chiffres mais rien n´a été fait pour changer l´existence de la population. L´education et la sante par exemple sont toujours en ruine. Malgre ce taux de croissance ideal pour le Fmi, seulement 18% des peruviens sont satisfaits de la situation economique et 14% estiment juste la redistribution des richesses. Ce qui a pousse la population a vote de la sorte au premier tour…
Mais en France, avec un Le Pen au second tour il n´y a pas si longtemps et l´emergence de sa fille dans le debat national actuel, nous ne sommes guere mieux lotis… Il serait temps d´imposer d´autres indicateurs que la simple croissance economique pour juger de la qualite d´une politique !
Bref, pas impossible que mon expedition au Machu Pichu soit annulee en raison de manifestations…
Photos et resumes de ce lieu mythique la semaine prochaine, si tout va bien !
Bises a tous !

Voir les photos : Perou - Titicaca ]

Posté par etcetera | Poster un commentaire | 5 réponses

De La Paz a Coroico... une semaine sportive

Le 31/05/11, 2:28

-55.4422937375-15.8486281625

[ Situer sur la carte : Bolivie - Coroico ]

Salut a tous!
Beaucoup de choses a vous raconter pour ce message !
Du coup, je vous zappe les 3 jours a Sucre, ville pourtant tres jolie. Direction La Paz, capitale la plus haute du monde puisque situee a plus de 3600m d´altitude. Je me trouverai un hotel dans un quartier sympa et assez populaire, qui jouxte la rue des Brujas (sorcieres). Les boliviens viennent ici pour se faire predire l´avenir, jeter un sort ou acheter un « grigri ». On y trouve de tout : des Pachamamas miniatures, des amulettes pour la sante, le travail, la fertilite, l´amour ; des breuvages magiques, des herbes medicinales et bien evidemment les fameux fœtus de lama (cf photo).


Il en existe de toutes les tailles, ca pue, mais visiblement ca porte chance… et lors de la construction d´une maison, on enterre toujours un fœtus de lama dans les fondations.

Dans mon quartier, j´ai egalement rencontrer de nombreux lustrabotas.



Ils se protegent avec les moyens derisoires dont ils disposent contre les vapeurs toxiques et pour conserver un semblant de dignite. Les lustrabotas sont en effet des enfants (j´ai vu une gamine de 6 ans…) qui nettoient les chaussures des passants. Ils sont des milliers dans les rue de La Paz (suite a l´exode rural, la pauvrete est tres visible a La Paz, surtout en remontant dans les hauteurs de la ville, vers l´Alto, a 4000m). Certains sont orphelins, mais tous doivent, des le plus jeune age, faire face a des preoccupations angoissantes, que ne devraient pas avoir un enfant. Comment survivre ? Ils sont souvent l´objet de racket (de la part de policiers corrompus notamment) et ne disposent pas tous d´un toit pour dormir. Heureusement, ils se sont organises en syndicat pour defendre leurs droits. Ils ont fait passer le tarif d´un « lustrabota » de 0,5 bs a 1bs (soit 0,1 euro !!!) et dispose desormais d´une « maison commune » et d´un avocat qui les defend. Apres la journee de travail, ceux qui ont pu s´inscrire a l´ecole enchainent avec 5 heures de cours durant la nuit. No comment !!


LE HUAYNA POTOSI :
A La Paz, on peut voir l´ Illimani, une enorme montagne qui domine la ville.



Cela donne forcement des envies de rando. Surtout que quelques routards sportifs m´ont conseille de faire une ascencion ici. Celle du Huayna Potosi, qui culmine a 6088m !! « on a pas pu monter au sommet, il faisait trop froid mais c´est magique ! » « C´est magique,mais bon, j´ai vomi comme jamais ! » « avec l´altitude, j´avais l´impression d´avoir un troll qui jouait de la batterie dans ma tete… mais c´est magique » « j´ai fait demi tour avant la fin, trop dangereux… mais c´est magique »… Forcement, comme je reve toujours que ma vie devienne definitivement magique Roulement des yeux … ca m´a intrigue ! Le Huayna Potosi est une montagne tres connue des alpinistes (ici on dit plutôt andinistes) car c´est l´un des 6000m les plus accessibles au monde. Accessible dans le sens ou cette montagne ne se trouve qu´ a 20 kms de La Paz... Or beaucoup de touristes se font avoir en pensant que c´est une ascencion facile et sous- estiment cette aventure. Les agences ne les previennent d´ailleurs pas beaucoup et avancent le chiffre de 95% des cordees qui arrivent au sommet (au final, les guides nous diront plutôt 50%...).



Je resume l´aventure d´une manière assez factuelle, car c´est un truc qu´il faut vivre, il est difficile de partager tout ce qu´on peut ressentir au cours d´une experience pareille juste par l´ecrit:
1er jour :
A La Paz, je me renseigne sur la meteo aupres du bureau des guides de montagnes. C´est stable, beau temps. Je vais donc prospecter les agences (prix, qualite du materiel, nourriture, etc…) et achete quelques barres chocolat pour l´ascencion… Je n´irai cependant pas consulter les Brujas de ma rue…


2eme jour :
Depart de La Paz en taxi, arrivee au premier refuge a 4700m (notre Mont Blanc culmine a 4808m). Je decouvre mon guide, Mario, qui a l´air tres pro. Il vient de redescendre avec deux touristes qui n´ont pas pu monter jusqu´au sommet. On part faire un entrainement avec le materiel sur un glacier. Marche avec crampons, escalade avec piolet. C´est sympa et assez ludique.



On rentre au refuge a 17h, on mange a 18h un delicieux repas que Maria, la gardienne du refuge, nous a prepare, et on va se coucher a 19h… Funky !!


3eme jour :
C´est la marche d´approche pour arriver au refuge alto, a 5100m d´altitude. On a tout le materiel sur le dos pour une rando tranquille de 2h. Jusque la, rien de difficile.



On arrive au refuge qui se remplit rapidement d´une quinzaine de personnes. Pierre Paolo, un italien nous rejoint et sera dans ma cordee. Certains vont se coucher directement. Je decide de rester avec les guides boliviens et un americain, on s´improvise d´ailleurs un petit foot entre deux ravins et j´apprends a jongler a Joben, le gardien du refuge… ca sert un peu d´etre prof d´EPS !


On mange en lisant les messages (pas rassurants du tout) de nos predecesseurs sur les murs du refuge, on ecoute le briefing (on est une cordee de 3, si l´un de nous ne se sent pas bien, ou si l´un de nous n´a pas la bonne technique et compromet la securite de la cordee, on doit faire demi-tour tous les trois, sans voir le sommet…) et on va se coucher a 19h…


4 eme jour :
Reveil a 00h30, on dejeune et on s´habille (sous vetement technique, collant polaire, pantalon d´alpinisme, chaussures techniques, crampons, 5 epaisseurs pour le haut du corps, 2 paires de gants, bonnet, casque). On part dans la nuit, a la frontale, a 2h15 pour une ascencion (1000m de denivele positif dans la neige et la glace) qui durera un peu moins de 5h. MAGIQUE !!! On decouvre les lumieres de La Paz, je supporte bien l´altitude, le froid et le rythme est plutôt lent, ce qui me permet de bien profiter. Je kiffe tout en n´ayant qu´un seul but : parvenir au sommet! On croise deux cordees parties plus tot qui abandonnent. A 200m de la Cumbre (le sommet) en effet, c´est l´heure de verite.



Une arete sommitale assez impressionnante avec plus de 1000m de vide d´un cote ! Le guide se crispe un peu car mon partenaire n´a visiblement pas la bonne technique. Moi qui d´habitude suis sujet au vertige, ne realise pas trop que si l´un de nous devisse, mon guide poids plume (les boliviens sont en general assez petits, et Mario ne deroge pas a la regle…) ne pourra pas grand-chose. Je vois le soleil qui commence a se lever sur une mer de nuage, mais surtout je vois ce sommet que je veux atteindre. Je calque les pas sur ceux du guide. Je suis sur mon nuage, j´en ai les larmes aux yeux. On est arrive, on s´asseoit a 6088m, on profite, on ne veut plus partir. Avec Pierre Paolo, on partage ces moments de bonheur et de fierte avec les cordees qui parviennent egalement au sommet(deux chiliens et deux americains). Mais que j´aurais aime partage ca avec vous !!







EN ROUTE POUR COROICO :


Coroico est un petit village magnifique a une centaine de kms de La Paz. Pour y acceder, il existe deux routes. La nouvelle en bitume a été cree il y a 5 ans pour diminuer le nombre d´accidents en bolivie. Car l´ancienne route était tout simplement la route la plus dangereuse au monde (regulierement des bus tombaient dans le precipice). Des agences proposent de decouvrir cette route devenue mythique en VTT. La aussi, des routards me l´avaient conseillee car elle traverse des paysages grandioses. La encore, je signe une decharge…



Au final, une descente de 4h dans des paysages effectivement somptueux et impressionnants (aucune barriere de securite alors qu´on longe continuellement le precipice), des passages tres rapides (a plus de 70km/h) lorsque la route le permet, des sensations de glisse et de vitesse rarement ressenties, et une vegetation qui change rapidement. On commence en effet a pres de 5000m (donc neige et glace par endroit) et on finit 70 kms plus bas, a 1000m d´altitude dans une vegetation tropicale !


Bien plus funky que les soirees dans les refuges du Huayna…


Je decouvre ensuite la region des Yungas, un endroit comme je les aime. Peu de touristes, une population tres accueillante, des paysages somptueux.
Pour ceux qui connaissent, on a l´impression d´etre dans un ilet de la Reunion, perdu au milieu de nullle part. Je fais une rando d´une journee avec un guide pour decouvrir une vegetation luxuriante. Super interessant : bananes, cafe (photo 2), mangues, oranges... et bien sur les fameuses plantations de coca (photo 3)…







Je profite egalement des installations de mon petit hotel, notamment d´une salle de meditation (si sur la photo je fais le guignol, j´en ai quand meme bien profite pour me poser un peu et reflechir…).



Je decouvre aussi le village de Tocana, pas tres loin de Coroico. C´est le village noir des Yungas (region de Coroico). La population est presque exclusivement afrobolivienne. Ce sont en effet les descendants des esclaves africains venus travailler dans les mines de Potosi (cf article precedent). En effet, a la suite de la controverse de Valladolid, les espagnols ne pouvaient plus (theoriquement…) faire travailler les indiens dans les mines de Potosi (un religieux, Bartolome de Las Casas, revenu des ameriques et choques par le traitement inflige aux populations indigenes, reussit a faire reconnaitre par l´Eglise l´existence d´une ame chez les indiens). Du coup, on se rabattit sur les africains (qui eux visiblement n´en avaient pas…) pour travailler (gratuitement…) a Potosi et y mourir de froid ou d´epuisement.


Aujourd´hui, ils ont adopte le style bolivien (chapeau melon et habit bolivien). S´ils ne sont officiellement libres que depuis 1953 et n´ont des droits civiques que depuis le gouvernement d´Evo Morales, ils ont une reelle influence sur la culture du pays (notamment la musique : la lambada vient de ce village…)

Voila, demain direction les iles du lac Titicaca ! C´est pas le Perou, mais ca y ressemble…
Bises a tous !
PS : Mes deux petites sœurs (qui vont me rejoindre en Equateur), je suis en train de nous programmer trois semaines bien sympas… je ne vous en dit pas plus… mais affutez les machettes pour la premiere semaine, chauffez les mollets pour la deuxieme et preparez votre monoi pour la troisieme…

Posté par etcetera | Poster un commentaire | 8 réponses