blog de midou
Enroutes.com -> Blogs -> blog de midou
Agrandir la carte

Chiapas verde

Le 05/09/08, 2:40

-93.349868090919.0537809091

[ Situer sur la carte : Mexique - San cristobal de las casas ]

C'est le nom du projet, qui consistait donc, je le rappel, en la construction de citernes d'eau potable dans 3 communautés.
Les trois regroupent quelques familles, entre 10 et 30, sont Tsotiles, et se situent dans les montagnes environnantes de San Cris.



La "patrona" (femme du "patrón") de la communauté de San Isidro

La première, Los Alcanfores, se trouve juste en dessous de réserve de Huitepec, avec vue sur toute la ville de San Cris. Nous n'avons pas pu y travailler effectivement, quelques problèmes ont émergés entre la communauté du dessus, zapatiste, celle de Alcanfores et un connard qui est venu semer la zizanie entre les deux - deux citernes devaient être construites à proximité du terrain zapatiste, ce qui ne posait pas de problème au début, mais monsieur connard est venu, on ne sait pas trop dans quel intêret, foutre litteralement la merde.
Ça s'est traduit par un retard du chantier, mais l'assoc - combinée à une autre - continue de financer le projet qui devrait à ce jour être terminé

La communauté d'El Crucero tient la particularité d'être essentiellement gérée par des femmes. Les hommes sont soit émigrés aux US, soit bourrés toute la journée ... Il en reste un qui leur file un coup de main. Trois citernes ont été construite. Nos rapports ont été un peu plus délicats qu'avec les autres, les femmes ne parlant quasiment pas español ont été un peu apeurée au début par la venue de tout ces gens en pompes de rando avec des grosses pinces et du ciment, mais le temps et les quelques mots de tsotsil appris par le groupe nous ont aidé à mieux s'intégrer.

Reste enfin San Isidro de la Libertad, notre meilleur souvenir je pense! Ils ont attaqué direct en nous invitant avant même le début du projet à la célébration d'une citerne construite auparavant par l'assoc. Une fête de 12h, de 9h à 21 rythmée par un groupe de musiciens de San Cris (bon c'est marrant dix minutes, mais à la longue c'est très chiant la musique mexicaine!). Au menu du petit dej et du déjeuner : soupe de légumes, riz, taureau fumé (fraîchement tué), bols de chile (piment en español) et tequila ! Ayayayayayayayayyyyyyyy !



Petit-dej festif à San Isidro

La journée fut entrecoupée de discours et d'une cérémonie religieuse naît d'un mélange de catholicisme et de culture maya traditionnelle (personne n'a échappé à la conversion ... les évangelistes arrivent même en force des US...).



L'"autel" de la cérémonie composé de maïs blanc, jaune, rouge et noir axés selon les 4 points cardinaux

Bref, une communauté pleine de vie, très, voir trop, accueillante, et on s'y sentait tellement bien qu'on a été invité à y dormir trois jours (ça permettait de rattraper les 2h allé-retour pour se rendre au village); frijoles, tortillas maison (noires, jaunes, blanches), pozol, atol, posh (la gnole locale à base de canne à sucre), mais quand même boulot dès 7h du mat! : mémorable Smile

La clôture du projet s'est donc terminée à San Isidro, et on s'est proposé de faire la bouffe en ra}enant chacun d'entre nous une de nos spécialités locales ... pour 34 familles !
Du coup énorme taboulé libanais, pates au basilic, tortillas espagnoles, tadziki (personne de grèce, juste parce que c'est bon!) ...
On a remarqué au cours du repas que tout le monde dissimulait les feuilles de basilic sous la table et que le tadziki ne descendait pas très vite. Guadalupe nous a appris par la suite que le basilic ne s'utilise que pour "se laver des mauvais esprits" en cas de maladie et l'ail pour les personnes atteintes de problèmes cardiaques. Fallait y penser!

Aussi, vers le milieu du projet, on s'est organisé une sortie "touristique" au canyon de Sumitero à 1h30 de San Cris. 1300m de haut et un nombre incroyable d'oiseaux dont certains jamais vu par le midou. Donc balade en bateau sur une trentaine de bornes allé-retour, cascades, vautours, amas de détritus ...

A la fin du projet, je ne savais pas encore trop quoi faire, et j'ai demandé s'il était possible de travailler au sein de l'administration de l'assoc, histoire de voir un peu l'envers du décors, faire de l'investigation pour d'autres potentiels projets. Mais j'ai senti que quelque chose n'allait pas, j'ai appris par la suite qu'il y avait en effet quelques problèmes internes, et je me suis dit qu'un peu de tourisme, puisque je n'avais rien à faire, ne me ferait pas de mal!
J'ai donc pris le premier bus en direction de Palenque pour pourquoi continuer ensuite vers le Guatemala.


Posté par midou |

0 réponse

Il n'y a pas de réponses à ce message.